HCR : le sous-financement de l’aide aux refugiés entraine d’autres déplacements

Écouter /

Filippo Grandi, Haut commissaire des Nations Unies pour les réfugiés. (Photo: ONU)

Le déplacement forcé des personnes est devenu une crise d'envergure mondiale. Que ce soit en raison de guerres, de violations des droits de l'homme ou d'autre raisons, on compte à présent par dizaine de millions les personnes pour qui la vie dans leur pays d'origine est devenue impossible.

Pour faire le point sur les défis de cette crise, nous recevons dans nos studios un humanitaire qui a consacré toute sa carrière professionnelle à venir en aide aux réfugiés, Filippo Grandi, le nouveau Haut-Commissaire pour les réfugiés.

Il revient notamment sur les priorités au cours de son nouveau mandat, à savoir de trouver des solutions pour les situations de déplacement, assurer un forme de protection aux personnes déplacées et de travailler avec les États pour le droit a l'asile soit respecter.

Selon le Haut-Commissaire les guerres prolongées et les déplacements qui en découlent on créer une aversion aux flux de refugies de la part des États, qui menace le droit fondamental à l'asile.

Filippo Grandi revient sur l'assistance qu'offre le HCR aux gouvernements pour trouver des solutions pour les refugies, que ce soit leur rapatriement quand les conditions sont favorables, leur réinstallation des pays d'accueil, mais aussi d'apporter un appui aux pays qui les accueillent.

La Haut-commissaire revient également sur le sous financement auquel est confrontée son agence.

Enfin il raconte comment et pourquoi il s'est engagé en faveur des réfugies.

(Interview : Filippo Grandi, Haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiés; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

Classé sous Dossiers, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...