Financement humanitaire : On ne peut pas continuer de la sorte, déclare Ban Ki-moon

Écouter /

Ban Ki-moon, Secretaire general des Nations Unies. Photo ONU/Loey Felipe

Lors de la présentation, à Dubaï, de ce rapport intitulé "Trop important pour échouer – Répondre au déficit de financement humanitaire", le Secrétaire général a rencontré les membres d'un groupe de haut niveau pour discuter de leurs recommandations sur les moyens de combler un déficit de 15 milliards de dollars.

Le groupe de haut niveau estime qu’une plus grande proportion de l’aide publique au développement devrait être dirigée vers les situations de fragilité et les crises prolongées. Il suggère aussi d’orienter le financement social islamique et d’autres instruments vers les causes humanitaires. Il conseille également aux bailleurs de fonds et aux organisations humanitaires de s’engager ensemble à changer leurs méthodes de travail dans le cadre d’un ‘Grand marchandage’.

Pour le Secrétaire général la situation actuelle est sérieuse et il a déploré notamment le manque de générosité actuel, alors que le PIB mondial atteint des sommes astronomiques et que le monde est confronté aujourd'hui a des « méga-crises ». Il a également précisé que l'action humanitaire est plus onéreuse pour l'ONU que les opérations de maintien de la paix. De plus, selon Ban Ki-moon le poids financier que l'aide humanitaire représente aujourd'hui a été multiplié par cinq en l'espace d'une décennie.

(Extrait sonore Ban Ki-moon)

 

Classé sous L'info, Secrétaire général.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...