Femmes et médias : le sexisme persiste sur toutes les plateformes

Écouter /

Un groupe de journalistes écoute le Secrétaire général, Ban Ki-moon, lors d'un point de presse en 2015. Photo: ONU/Mark Garten

Alors que les femmes constituent environ 50% de la population mondiale, elles représentent seulement 24% des personnes qui sont entendu, vu ou qui sont l'objet des nouvelles dans les médias traditionnels et numériques. C'est ce qu'indique un nouveau rapport sur les représentations des femmes dans les médias qui signale en outre que la situation des femmes dans les médias demeure inchangée depuis 2010, et que leur invisibilité médiatique se reflète aussi dans les réseaux sociaux.

Selon Sarah Macharia, Coordinatrice du projet de monitorage des medias, les médias d'information «ne prennent pas au sérieux les politiques sur l'égalité entre les genres et c'est pour cela que la discrimination des femmes continue ».

Elle indique que ce problème existe partout dans le monde mais qu'il existe néanmoins des régions où des progrès ont été enregistrés. C'est le cas de l'Amérique latine où depuis 1995, de plus en plus de sujet d'information sont consacrés aux femmes, qui présentent d'ailleurs fréquemment les actualités. La raison de ce changement se trouverait dans la forte présence de femmes dans des positions de responsabilité au niveau de la politique et de l'économie, une situation qui oblige ensuite les medias à écouter leurs points de vue.

Sarah Macharia souligne par ailleurs que la représentation des femmes qui est faites dans les médias est toujours stéréotypée. « On les voit toujours comme mères, dans des rôles familiaux (…). On ne trouve pas beaucoup de femmes âgées dans les nouvelles et lorsqu'il y a des jeunes filles, elles sont toujours vues comme des objets sexuels », déplore-t-elle. Le rapport indique d'ailleurs que depuis 1995, le pourcentage des nouvelles qui défie ces représentations a changé seulement d'un pour cent.

Le problème du stéréotypage se retrouve aussi dans les medias digitaux avec le même taux que dans ceux traditionnels. « Un résultat étonnant qui montre que le sexisme continue dans n'importe quel canal médiatique », indique Sarah Macharia.

(Interview : Sarah Macharia, Coordinatrice du Projet de monitorage des médias de la World Association for Christian Communication. Propos recueillis par Isabelle Dupuis)

Le dernier journal
Le dernier journal
27/02/2017
Loading the player ...