Essai nucléaire RPDC : « il faut prendre de l'action », selon le chef de l'OTICE

Écouter /

Lassina Zerbo, Secrétaire exécutid de l’OTICE. (Photo: ONU)

Si cet essai nucléaire de la RPDC est avéré il doit être le dernier signal à la communauté internationale qu'il faut prendre de l'action, a déclaré le Secrétaire exécutif de l'Organisation du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (OTICE), lors d'une interview mercredi à la Radio des Nations Unies.

Il s'agirait du quatrième test mené par la République populaire démocratique de Corée (RPDC), seul pays à avoir effectué de tels essais au cours du 21ème siècle.

Selon le Secrétaire exécutif, plus de trente stations de surveillance de l'OTICE ont contribué au système de détection automatique et l'Organisation œuvre à déterminer la nature de l'évènement sismique détecté.

A ce stade les équipes de l'OTICE comparent les données de cet évènement sismique avec les données de l'essai nord-coréen de 2013, et cherchent à confirmer qu'il ne s'agit pas d'un effet naturel mais d'une explosion du fait des activités de l'homme.

Lassina Zerbo précise que le caractère nucléaire de l'explosion ne pourrait être avéré que dans plusieurs jours, avec la détection d'émissions radioactives. Lors de l'essai de 2013, les émissions radioactives avaient été détectées 50 jours après l'évènement sismique. L'OTICE espère voir des résultats beaucoup plus tôt cette fois.

En terme de signal sismique et du caractère de l'explosion, le coefficient de corrélation est très près de l'évènement de 2013, mais avec une magnitude un peu moins importante,  explique le Chef de l'OTICE. En 2013, la magnitude détectée était de 5 à 5.1 alors que la magnitude détectée cette fois est de 4.8 à 4.9.

Pour Lassina Zerbo, la communauté internationale doit s'inspirer du succès de l'Accord récent avec l’Iran sur le nulcéaire, qui a démontré que la diplomatie multilatérale peut fonctionner lorsqu'elle est menée avec respect et dans la dignité.

« Il est temps que nous arrêtions cela par le dialogue, par le moyens de créer la confiance avec eux et les partenaires » a dit Lassina Zerbo, avertissant que des conditions de peur se créent au niveau de la péninsule coréenne qui pourraient mener à des velléités avec les pays voisins de la RPDC.

« Il faut que l'on trouve les moyens de créer un cadre ou nous devons discuter avec eux pour les amener à adhérer à ces normes », a affirmé le diplomate burkinabè, ajoutant que nous ne pouvons pas accepter qu'un seul pays se détache de toute les normes internationales et conduisent des essais nucléaires qui sont archaïques pour ce 21ème siècle.

 

(Interview : Dr. Lassina Zerbo, Secrétaire exécutif de l'OTICE; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

Classé sous Dossiers, L'info, Le Journal.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...