Addis-Abeba : Ban Ki-moon exhorte le monde à soutenir les efforts de l'Éthiopie pour combattre la pire sécheresse en 30 ans

Écouter /

Une femme tire de l’eau d’un réservoir enfoui dans le sol, dans le village de Melbana, dans le district de Mio, en Éthiopie, une zone affectée par la sécheresse (Crédit photo: UNICEF/UNI116888/Lemma)

La communauté internationale doit soutenir le peuple de l’Ethiopie dans le besoin, a déclaré aujourd’hui le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, en exhortant les donateurs réunis à Addis-Abeba à renforcer l’aide au pays frappé par la sécheresse, qui est aux prises avec les effets de l’un des plus puissants épisodes d'El Niño observé dans l’histoire, une situation aggravée par l’impact du changement climatique.

« Les habitants de ce beau pays sont confrontés à la pire sécheresse depuis trente ans », a déclaré Ban Ki-moon à l'adresse des participants à une table ronde humanitaire des donateurs convoquée dans la capitale éthiopienne, en marge du 26ème Sommet de l'Union africaine. Plus tard aujourd’hui, le Secrétaire général devrait se rendre dans des régions du pays touchées par la sécheresse.

Dans la capitale éthiopienne, le Secrétaire général a affirmé, lors de la réunion des donateurs, que l’ampleur de la situation d’urgence est trop importante pour un seul gouvernement. « L’impact d'El Niño est imprévisible, mais les experts disent qu’il est susceptible d’affecter la sécurité alimentaire pour les deux prochaines années », a-t-il souligné.

« Le gouvernement éthiopien a fait preuve d'un leadership remarquable dans cette réponse à la sécheresse. Il a fait la plus grande contribution financière, en allouant jusqu'à présent plus de 381 millions de dollars à la crise », a déclaré le chef de l’ONU, notant que le Programme de sécurité productive géré par le gouvernement, en partenariat avec la Banque mondiale, vise à aider quelque huit millions de personnes avec de la nourriture d’urgence et des transferts en espèces.

Pourtant, alors que les Nations Unies ont stimulé une action précoce grâce à 25 millions de dollars à travers le Fonds central d’intervention d’urgence (CERF) en 2015, il est urgent de faire davantage. « L’appui immédiat à l'Éthiopie va sauver des vies et éviter des souffrances évitables. Le soutien immédiat garantira également les impressionnants gains de développement que l’Ethiopie a réalisés au cours des dernières décennies et années », a souligné Ban Ki-moon.

Un tel soutien permettrait également de renforcer les canaux de distribution nationaux de l'Éthiopie et les réseaux de soutien social, et de renforcer la résilience pour l'avenir, a-t-il souligné.

Notant que les Objectifs de développement durable (ODD) arrêtés par les États membres de l’ONU l’année dernière sont fondés sur la promesse de ne laisser personne derrière, le Secrétaire général a déclaré que les crises humanitaires sont la principale raison pour laquelle quelque 100 millions de personnes sont actuellement « laissées loin derrière », dans la Corne de l’Afrique et ailleurs.

« Le Sommet humanitaire mondial organisé à Istanbul les 23 et 24 mai sera l’occasion pour nous d'assurer de commencer à soutenir en premier les personnes les plus laissées pour compte », a noté Ban Ki-moon, en exprimant l’espoir que les participants à l’événement d’aujourd’hui sont déjà engagés dans le processus du Sommet. « Nous avons besoin d’entendre vos voix à Istanbul, » a-t-il dit.

L'appel lancé par Ban Ki-moon fait écho à des appels similaires de l’ensemble du système des Nations Unies pour que le monde accroisse son soutien aux efforts déployés par le gouvernement éthiopien. Au début du mois de décembre dernier, les responsables de quatre organismes humanitaires des Nations Unies, à savoir l'OCHA, le HCR, le PAM et l'UNICEF avaient lancé alors un appel à un financement international massif et immédiat pour anticiper tout risque élevé de souffrance à grand échelle.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

 

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...