A Addis Abeba, Ban Ki-moon réitère son engagement en faveur du Burundi

Écouter /

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, donne une conférence de presse au Sommmet de l’Union africaine.(Photo : Photo ONU/Eskinder Debebe)

La situation burundaise a été l’une des grandes priorités dans mes interactions avec les dirigeants africains d’hier et d’aujourd’hui, a déclaré le Sécrétaire général de l'ONU ce dimanche lors d'une conférence de presse à l'issue de sa participation au Sommet de l'Union africaine, à Addis Abeba, en Éthiopie.

 

Ban Ki-moon a expliqué que la crise burundaise touchait désormais plus d'un million de personnes, en tant que réfugiés et déplacés, et qu'elle prenait des proportions inquiétantes non seulement pour le Burundi mais pour la région, le continent et le monde.

Le Chef de l'ONU a affirmé qu'il avait parlé de cette question, travaillant en étroite collaboration avec les dirigeants africains, y compris la Présidente de la Commission de l’Union Africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, l’ancien président Kikwete qui présidait la Communuaté des États africains, et le président Museveni et de nombreux autres dirigeants, les exhortant à agir et parler d'une seule voix pour resoudre la situation.

Ban Ki-moon a toutefois remarqué qu'il revenait avant tout et fondamentalement au peuple et au gouvernement burundais de résoudre ce problème par le dialogue inclusif, précisant qu'il avait exhorté le President Nkurunziza d'être à l'écoute et d'entamer un dialogue inclusif avec tous les burundais.

En réponse à un journaliste lui demandant s'il était déçu de voir que l'UA avait décidé de ne pas déployer de soldats de paix au Burundi, le Secrétaire général a dit qu'il souhaitait soutenir toutes les options possibles qui puissant aider à contribuer à la paix, la stabilité, et la protection des droits de l’homme au dans le pays, mais que il revenait à l'UA en étroite consultation avec le Gouvernement burundais, de décider quel type de mesures doit être déployé.

Pour sa part l’Organisation des Nations Unies, conformément à la résolution du Conseil de sécurité et avec le consentement du gouvernement burundais, avait déployé une petite mission politique dirigée par son Envoyé special, Jamal Benomar, pour faciliter un dialogue, a precisé Ban Ki-moon.

"Quoi qu’il en soit, nous sommes très déterminés à apporter la paix et la stabilité, et la dignité humaine au peuple burundais" a-t-il conclu.

 

(Extrait sonore : Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...