Yémen : le PAM appelle les parties au conflit à autoriser la distribution de nourriture à Taëz

Écouter /

La ville de Taëz, au Yémen, connaît une situation humanitaire difficile à cause du conflit. Photo : PNUD Yémen

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a lancé jeudi un appel pressant aux parties au conflit au Yémen afin qu’elles autorisent la distribution de nourriture dans la ville partiellement assiégée de Taëz, où la situation humanitaire se détériore rapidement.

Dans un communiqué de presse, le PAM se dit profondément préoccupé par la détérioration rapide de la situation en matière humanitaire dans la ville de Taëz , où les habitants font face à des pénuries de nourriture depuis plusieurs semaines et où le PAM a des difficultés à atteindre des familles vulnérables.

Au cours du dernier mois, le PAM a acheminé en plusieurs points de livraison ou entrepôts du gouvernorat de Taëz un total de 225 camions chargés de 6.600 tonnes de nourriture. De la nourriture a été livrée dans les districts d’Al Mudhafer, Al Qahira, Al Taizah et Salah, où le PAM prévoit de nourrir près de 350.000 personnes nécessiteuses en leur fournissant des denrées comme du blé, des légumineuses, de l’huile végétale et du sucre.

Les difficultés pour obtenir des laisser-passer de différentes parties, les combats et l’insécurité en général constituent des obstacles à la livraison de nourriture à de nombreux points de distribution dans de nombreux secteurs du gouvernorat, en particulier dans la ville de Taëz.

Taëz est l’un des 10 gouvernorats du Yémen – sur un total de 22 – où sévit une grave insécurité alimentaire classée au niveau ‘Urgent’ – c’est-à-dire un cran en-dessous de la famine sur l’échelle de cinq points de classification de l’insécurité alimentaire servant de référence au PAM. On estime que 7,6 millions d’habitants du Yémen n’ont pas assez de nourriture pour mener une vie saine, ont perdu leurs moyens de subsistance et sont menacés dans leur existence même par une grave malnutrition.

Depuis mars 2015, le conflit a aggravé une situation dans le domaine alimentaire qui était déjà mauvaise au Yémen, ajoutant en moins d’un an plus de 3 millions de personnes au nombre des affamés.

(Mise en perspective Tsigué Shiferaw)

 

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...