Yémen : l’accord de cessation des hostilités doit permettre à l’aide humanitaire de parvenir dans tout le pays, selon l’ONU

Écouter /

Des habitants de la ville de Taëz qui manque d'eau potable. Photo OMS Yémen

Le Coordonnateur de l’assistance humanitaire des Nations Unies pour le Yémen, Jamie McGoldrick, s’est félicité de l’accord de cessation des hostilités conclu entre les parties au conflit dans ce pays alors qu’elles entamaient des négociations de paix, estimant que cet accord devait désormais permettre à l’aide humanitaire de parvenir dans des zones jusqu’ici inaccessibles.

« L’accord de cessation des hostilités entre toutes les parties au conflit au Yémen est l’occasion qu’attendaient depuis longtemps les acteurs humanitaires d’atteindre des régions du pays qui étaient inaccessibles depuis plusieurs mois, tout en continuant à fournir de l’aide et des services » dans les autres zones, a déclaré M . McGoldrick dans un communiqué de presse diffusé mercredi soir.

Le Coordonnateur a rappelé que certains développements positifs étaient survenus récemment en ce qui concerne la capacité des travailleurs humanitaires à atteindre des zones difficiles d’accès, notamment la ville de Taëz, et ce « grâce aux efforts de toutes les parties au conflit ».

« Ces efforts en vue de faciliter l’arrivée de l’aide doivent se poursuivre sans conditions », a-t-il dit.

Il a précisé que les agences humanitaires avaient mis à jour leurs plans opérationnels afin de tirer parti au mieux de cette occasion pour fournir des services dans des zones jusqu’alors très difficiles d’accès.

« Toute l’assistance sera fournie conformément aux principes humanitaires d’impartialité, de neutralité et d’indépendance, sur la base de l’évaluation des besoins, et sans prise en compte d’aucune considération politique, religieuse, idéologique ou autre », a assuré M. McGoldrick.

Des consultations de paix pour le Yémen parrainées par l’ONU ont débuté mardi en Suisse avec pour objectif de trouver un règlement durable à la crise que traverse le pays.

Ces consultations visent à établir un cessez-le-feu permanent et global, améliorer la situation humanitaire et revenir à une transition politique pacifique et ordonnée.

L’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Yémen, Ismail Ould Cheikh Ahmed, a demandé instamment aux délégations participant à ces consultations de respecter complètement la cessation des hostilités qui a commencé avec l’ouverture des pourparlers.

Les pourparlers de paix pour le Yémen sont facilités par l’Envoyé spécial et 24 représentants et conseillers yéménites y participent. Des experts des Nations Unies apportent un soutien aux délégations pour développer des accords qui améliorent l’accès humanitaire et la distribution de l’assistance humanitaire et permettent l’élaboration d’un cessez-le feu global et permanent.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...