UNESCO : cinq nouvelles inscriptions sur la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente

Écouter /

 

Le Siège de l’UNESCO, à Paris. Photo UNESCO/M. Ravassard

Le Comité de l'UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel a inscrit mardi cinq éléments sur la Liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente et a ajouté trois éléments sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Avec ces inscriptions, le Comité, qui est réuni en Namibie jusqu’au 4 décembre, s'inquiète notamment de la survie de la musique traditionnelle vallenato de la région du Magdalena Grande, en Colombie, en raison notamment des conflits armés dans le pays.

En Mongolie, c'est le rituel pour amadouer les chamelles qui est menacé par l’exode rural et l’utilisation accrue des moyens de transport modernes.

Au Portugal, la fabrication des sonnailles, un instrument de percussion idiophone traditionnel utilisé par les bergers pour gérer le bétail, est en train de devenir non viable en raison des nouvelles méthodes de pacage, des techniques industrielles plus abordables et de la diminution du nombre de sonnaillers.

L’absence d’enregistrement sonores, associé à l’émigration et au désintérêt des jeunes semblent, de leur côté vouer à l’extinction le glasoechko, un chant d’hommes à deux voix pratiqué dans la région du bas Polog en Ex-République yougoslave de Macédoine.

Et puis en Ouganda, c'est la tradition orale Koogere des Basongora, Banyabidi et Batooro qui décline fortement face à la diminution du nombre de conteurs et au fait que la langue runyakitara est de moins en moins parlée.

La Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité a en revanche été enrichie avec l'inscription du sbuâ, en Algérie, un pèlerinage annuel au mausolée de Sidi El Hadj Belkacem dans le Sahara.

Les fêtes du feu du solstice d’été dans les Pyrénées, qui sont pratiquées en Andorre, en Espagne et en France, ont également été mises à l'honneur avec une inscription sur la Liste.

Le Comité y a aussi inscrit la peinture traditionnelle, filete porteño, d'Argentine, une technique qui combine des couleurs brillantes et des styles de lettrage spécifiques que l’on peut notamment voir sur des bus, des camions, et des enseignes de magasins.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

Classé sous Culture et éducation, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...