Syrie: Une haut responsable de l'ONU peint un sombre tableau alors que gouvernement et ses alliés auraient attaqué des hôpitaux

Écouter /

Des enfants syriens déplacés reçoivent de l'UNICEF des vêtements pour l'hiver. (Crédit Photo: UNICEF/Aho Yousef)

Des hôpitaux, des marchés et des boulangeries ont été touchés, des dizaines de civils sont tués ou blessés quasi-quotidiennement, et même les médecins sont devenus des cibles lors des combats et des frappes aériennes de plus en plus nombreux en Syrie, par le gouvernement et ses alliés, a déclaré lundi après-midi, devant le Conseil de sécurité, Kyung-wha Kang, Sous-Secrétaire générale des Nations Unies aux affaires humanitaires, en exprimant son indignation.

L'examen de la situation humanitaire en Syrie par le Conseil de sécurité était la première réunion depuis l'adoption vendredi de la résolution 2254 qui accorde à l’ONU un rôle accru dans les pourparlers entre les parties en vue d'une transition politique. Par ce texte, les quinze ont approuvé un calendrier pour un cessez-le, une nouvelle constitution et des élections.

“Cette perte de vies innocentes et la destruction aveugle de zones habitées est un scandale, et leurs auteurs doivent être tenus pour responsables», a déclaré Kyung-wha Kang, se référant spécifiquement à Idlib dans le nord du pays, où six frappes aériennes ont touché dimanche une place de marché animée, plusieurs bâtiments publics et des zones résidentielles, tuant 43 personnes.

L’escalade des attaques dans le nord du pays, qui serait imputable aux forces syriennes et à leurs alliés, est telle que les médecins qui travaillent pour sauver des civils blessés “craignent que les emblèmes de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ne soient plus le bouclier de protection qu’ils doivent être,” a-t-elle ajouté.

“Depuis le début de cette crise (il y a près de cinq ans), l'ONG Médecins pour les droits de l'homme (Physicians for Human Rights) a documenté 336 attaques sur au moins 240 installations médicales ayant entraîné la mort de 697 membres du personnel médical. Ces attaques sont des violations flagrantes du droit international humanitaire et un affront à la base même de notre humanité partagée qui doit être protégée – soigner les blessés et les malades “, a-t-elle déclaré.

“Je plaide auprès des parties au conflit pour assurer la protection des établissements de santé, des travailleurs et des patients en vertu du droit international humanitaire. De même, la suppression des fournitures chirurgicales et des kits de traumatologie de convois par le gouvernement syrien doit cesser “, a-t-elle souligné.

La Sous-Secrétaire générale a rappelé que l’accès humanitaire sans entrave doit être maintenu à tout moment, et ne pas être subordonné à des accords négociés”, soulignant que 4,5 millions de personnes vivent dans des régions difficiles à atteindre, et que près 400 000 d’entre elles se trouvent dans des zones assiégées.

Selon Kyung-wha Kang a noté que, malgré des conditions extrêmement difficiles, les partenaires humanitaires continuent d’atteindre des millions de personnes chaque mois en fournissant une aide vitale. Pour autant, il faut faire davantage, grâce au Plan d’intervention humanitaire pour 2016 qui doit être financé à hauteur de près de 3,2 milliards de dollars afin de fournir une aide vitale aux 13,5 millions de personnes dans le besoin à l’intérieur du pays. Près de quatre millions d’autres ont fui vers des camps de réfugiés dans les pays voisins ou en Europe.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...