Syrie : les humanitaires dénoncent les bombardements des infrastructures civiles

Écouter /

Dans le camp de Tishreen à Alep, en Syrie, un garçon porte un jerrycan qu'il a rempli à un réservoir d'eau construit par Oxfam avec l'aide l'UNICEF. Photo UNICEF/Razan Rashidi

En Syrie, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) dénonce le bombardement de la station des eaux d’Al-Khafsa. Selon, sa Représentante dans le pays, Hanaa Singer, les lois de la guerre sont régulièrement bafouées en Syrie, avec notamment la destruction d’infrastructures vitales destinées à la protection des civils.

Ce mercredi, le bureau des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA) a annoncé dans son dernier rapport, une recrudescence des bombardements, depuis le 24 novembre dernier, surtout dans le nord-est du pays. De son côté, Hanaa Singer a vivement critiqué le bombardement qui jeudi dernier a frappé une station du traitement des eaux au nord de la ville d’Alep, a Al Khafsa. La destruction de cette infrastructure touche environ 3,5 millions de personnes qui dépendent de l’eau en provenance de la station. Malgré une reprise partielle des opérations de pompage, plus de 1,4 million d’individus en zone rurale continue de souffrir de coupures en eau. La station extrait l’eau de l’Euphrate, l’unique source en eau pour plus de 4 million de personnes dans le gouvernorat d’Alep.

La Représentante d’UNICEF en Syrie a précisé que la station de traitement des eaux d’Al Khafsa est l’une des plus importantes du pays, car elle produit en moyenne 18 millions de litres d’eau potable par jour. Hanaa Singer a rappelé que le droit humanitaire international protège les infrastructures civiles ainsi que le droit d’accès à ces services par la population et en appelle aux parties prenantes de mettre un terme à leur destruction.

(Interview: Maddalena Bartolotti, responsable de la mobilisation des ressources pour l'UNICEF en Syrie; des propos recueillis par Tsigué Shiferaw)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...