Syrie : L'Envoyé spécial des Nations Unies fixe au 25 janvier le début des pourparlers inter-syriens

Écouter /

L'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura. Photo ONU/Jean-Marc Ferré

L'Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie a fixé le 25 janvier 2016 pour commencer les pourparlers entre les parties visant à mettre fin à cinq ans de conflit, a annoncé samedi son porte-parole.

L'annonce faite à Genève où doivent également avoir lieu les pourparlers, intervient un peu plus d'une semaine après que le Conseil de sécurité a adopté la résolution 2254, qui confie à l'Organisation mondiale un rôle accru pour assister les parties opposées lors de pourparlers pour une transition politique, en vue d'arrêter un calendrier pour un cessez-le-feu, d'élaborer une nouvelle constitution et tenir des élections, le tout sous les auspices de l'ONU.

« En ligne avec les paramètres clairs énoncés dans la résolution 2254 (2015) du Conseil de sécurité, l'Envoyé spécial a l'intention de terminer ses consultations au début du mois de janvier, en vue d'entamer les pourparlers inter-syriens le 25 janvier 2016, à Genève, » indique le communiqué publié par le porte-parole de Staffan de Mistura.

« Il compte sur la pleine coopération de toutes les parties syriennes concernées lors de ce processus. L'évolution permanente de la situation sur le terrain ne devrait pas le faire dérailler.»

Dans leur résolution, les 15 membres du Conseil ont appelé à un processus politique conduit par les Syriens et facilité par l'ONU pour établir dans les six mois « une gouvernance crédible, inclusive et non sectaire, » afin de fixer un calendrier pour la rédaction d'une nouvelle constitution et de tenir des élections libres et équitables dans les 18 mois, sous la supervision des Nations Unies, en permettant à tous les Syriens de voter, y compris les membres de la diaspora.

Parmi ses autres dispositions, le texte a reconnu le lien étroit entre un cessez-le-feu et un processus politique parallèle, le cessez-le-feu entrant en vigueur dès que les parties auront fait les premiers pas vers une transition politique sous les auspices des Nations Unies.

« La population syrienne a assez souffert », a déclaré l'Envoyé spécial dans le texte publié aujourd'hui. «La tragédie se fait maintenant sentir dans toute la région et au-delà. La population mérite toute l'attention et l'engagement de tous les représentants syriens, qui doivent maintenant faire montre de leadership et de vision en surmontant leurs différences pour le bien de la Syrie. »

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

 

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...