Sahara occidental/MINURSO: des défis encore très complexes selon la Représentante spéciale

Écouter /

Kim bolduc, Représentante spéciale du Secrétaire général au Sahara occidental. Photo:ONU

À la suite d´un accord auquel sont parvenus le gouvernement du Maroc et le Front POLISARIO, la  Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental(MINURSO) a été établie et déployée en septembre 1991 afin de surveiller le cessez-le-feu et d´organiser un référendum qui permettrait aux habitants du Sahara occidental, habilités à voter, de décider du statut futur de ce territoire.

24 ans plus tard, la MINURSO continue de remplir son mandat en surveillant l'application du cessez-le-feu, de même qu'en appuyant un ensemble de programmes d'aide visant à répondre à la situation critique dans laquelle se trouvent les familles Sahraouies déplacées et séparées.

Alors les négociations ont repris en vue d'un règlement politique mutuellement acceptable du conflit qui dure depuis 32 ans, la MINURSO continue d'aider les deux parties à maintenir le cessez-le-feu dans la bande de sécurité (également appelée « Berm »), qui s'étend le long de la totalité du territoire litigieux et sépare la partie administrée par le Maroc (ouest) de la zone contrôlée par le Front POLISARIO (est)

Le Sahara occidental, est un territoire sur la côte nord-ouest de l’Afrique, limitrophe du Maroc, de la Mauritanie et de l’Algérie, a été administré par l’Espagne jusqu’en 1976. Le Maroc et la Mauritanie ont affirmé leur revendication sur le territoire, une revendication contestée par le Front populaire pour la libération de Saguia el-Hamra et du Rio de Oro (Front POLISARIO).

Les Nations Unies ont cherché un règlement au Sahara occidental depuis le retrait de l’Espagne en 1976 et qui a suivi les combats entre le Maroc, qui avait “réintégrés” le territoire, et le Front POLISARIO, soutenu par l’Algérie. (La Mauritanie a renoncé à toute prétention sur le Sahara occidental en 1979.) En 1979, l’Organisation de l’unité africaine (OUA) est également actif dans la recherche d’une solution pacifique du conflit.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a nommé en 2014 la Canadienne Kim Bolduc au poste de Représentante spéciale pour le Sahara occidental et chef de la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO). Elle est assistée dans sa tâche par un adjoint et par un groupe intégré composé de civils, de militaires et de policiers civils de l’ONU. Cet ensemble constitue la MINURSO. Dans une interview accordée à la Radio des Nations Unies elle explique que le fait que les Nations Unies sont sur le terrain est une élément de garantie de maintien de paix et elle aimerait ”qu’on comprenne les dimensions  extrêmement complexes des défis auxquels nous faisons face.”

(Extrait sonore : Kim Bolduc, Représentante spéciale du Secrétaire général au Sahara occidental; propos recueillis par May Yaacoub)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...