RDC: Said Djinnit à Kinshasa « pour discuter des contours du dialogue politique »

Écouter /

Said Djinnit, Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la région des Grands Lacs (Photo ONU / J McIlwane)

L'Envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies pour la région de Grands lacs, Said Djinnit, est arrivé mercredi 2 décembre à Kinshasa, annonce un communiqué de la MONUSCO.

D'après la Mission, le Secrétaire général des Nations Unies a demandé à Said Djinnit de se rendre dans la capitale congolaise pour s'entretenir avec le gouvernement et les autres parties prenantes, « afin de discuter des contours du dialogue ».

Le Président de la RDC a convoqué le dialogue politique national inclusif à Kinshasa. La date du déroulement de ce forum n'est pas encore connue. Il sera tenu sous la co-modération de la majorité présidentielle et de l'opposition. Plusieurs partis de l'opposition dont l'UDPS d'Etienne Tshisekedi, le G7 (les 7 partis politiques exclus de la MP) et la plate-forme « Dynamique de l'opposition » refusent de prendre part à ce dialogue, accusant Joseph Kabila de tentative de « glissement » de son mandat.

L'UDPS par exemple exige la présence de la médiation internationale avant de prendre part à ce forum national.

Le document de la MONUSCO précise que c'est après la discussion entre Said Djinnit, le gouvernement et les parties prenantes que le secrétaire général de l'Onu pourra nommer son envoyé spécial pour la région des Grands lacs, afin de faciliter le dialogue politique national et inclusif, initié par le chef de l'Etat, Joseph Kabila.

Commentant la visite de Said Djinnit à Kinshasa, le porte-parole de la MONUSCO, Félix Prosper Basse a rappelé que le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki- Moon avait été interpellé sur le besoin de désigner un facilitateur international pour accompagner le dialogue national que les autorités congolaises appellent depuis un certain temps.

Il a indiqué que la mission onusienne en RDC est « disposée à apporter tout notre appui à l'envoyé spécial, Djinnit. »

Selon Félix Prosper Basse, il « ne faut pas aller en besogne » et considérer que Said Djinnit sera le facilitateur tant attendu par les acteurs politiques congolais.

« Je pense qu’il ne faut pas aller vite en besogne. C'est à l'issue de cette visite que Mr Ban Ki-Moon se prononcera sur la question », a-t-il souligné.

(Extrait sonore: Félix Prosper Basse, porte-parole de la MONUSCO; propos recueillis par Paul Matendo Mayamba, Radio Okapi)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...