RCA: l'ONU met en garde contre le risque de nouvelles violences à l'approche des élections

Écouter /

L'église Saint Michel et la maison adjacente du prêtre ont été incendiées lors de manifestations à Bangui déclenchée par le meurtre d'un musulman. Photo: Crispin Dembassa-Kette/IRIN

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a condamné vendredi les récentes violences intercommunautaires en République centrafricaine (RCA) et a averti que cela pourrait avoir des conséquences dramatiques au regard de l’atmosphère pré-électorale extrêmement instable qui règne dans le pays.

Il s’est dit profondément préoccupé par le fait que toutes les parties en présence, y compris les plus hautes autorités étatiques, appellent à la création de groupes d’autodéfense. « La tendance croissante parmi les chrétiens et les musulmans à s’organiser en groupes d’autodéfense et à exclure toute personne considérée comme n’appartenant pas à leur communauté est très inquiétante », a-t-il poursuivi, en notant que les quartiers mixtes pourraient être bientôt amenés à disparaître.

M. Zeid a déploré les incidents violents qui ont eu lieu plus tôt cette semaine à Bangui, suite à la publication de la liste des candidats éligibles à l’élection présidentielle. Il a appelé les autorités étatiques à prendre des mesures urgentes pour stopper les incitations à la violence et à la haine et pour garantir que justice soit faite en cas de violations des droits de l’homme.

Il a également exhorté les dirigeants politiques à lancer un appel à leurs partisans pour qu’ils participent de manière pacifique au référendum constitutionnel ce week-end et aux élections présidentielles et législatives dans deux semaines.

Depuis fin septembre au moins 130 sont mortes et 430 personnes ont été blessées. Onze cas de violences sexuelles ont aussi été documentés. Les attaques contre le personnel de la mission onusienne de maintien de la paix (MINUSCA) et contre les troupes internationales sont aussi en hausse dans plusieurs parties du pays.

« La récente visite du Pape et sa déclaration forte en faveur de la réconciliation intercommunautaire, le pardon et la paix a créé une dynamique qui pourrait renverser la spirale négative des derniers mois », a déclaré le Haut-Commissaire.

Il a aussi poussé les autorités à réformer, à passer minutieusement en revue et à former les Forces armées centrafricaines (FACA), et à enquêter sur le nombre croissant de violations des droits de l’homme dont elles sont accusées.

Abdoulaye Bathily, représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afrique centrale est également inquiet de la situation sécuritaire et politique sur place et en a fait par cette semaine au Conseil de Sécurité. On l'écoute :

(Propos d'Abdoulaye Bathily, représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afrique centrale, recueillis par Tsigué Shiferaw)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...