Libéria : reprise du rapatriement des réfugiés ivoiriens qui était interrompu à cause d'Ebola

Écouter /

Des rapatriés ivoiriens lors de la traversée du fleuve Cavalla avec une barge affrétée par le HCR (photo d’archives: UNHCR).

L'épidémie d'Ebola avait conduit à la fermeture de la frontière entre Monrovia et Abidjan. Une situation qui avait obligé le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés à suspendre en juillet 2014 le rapatriement volontaire des réfugiés ivoiriens du Libéria. Mais les deux pays et le HCR ont convenu de reprendre ces retours et les premiers convois sont attendus ce vendredi en Côte d'Ivoire.

 

Pour la reprise de ces rapatriements volontaires, c'est un convoi de 244 Ivoiriens qui a quitté la ville de Harper à l'Est du Libéria pour rejoindre Tabou au Sud-ouest de la Côte d'Ivoire. Les deux pays et le HCR donnent ainsi le signal du rapatriement des réfugiés ivoiriens du Liberia, interrompu l’an dernier en raison de l’épidémie d’Ebola. Avec comme objectif, le retour de plus d’un millier d’entre eux avant la fin de l’année.

A leur arrivée à Tabou ou Toulepleu, les réfugiés resteront une journée dans un centre de transit où ils devront passer des examens médicaux dont des tests sur le virus Ebola.

Selon le HCR, 11.000 des 38.000 réfugiés ivoiriens vivant dans des camps au Liberia, ont exprimé le désir de rentrer dans leur pays.

Il faut juste souligner que plus de 200.000 réfugiés ivoiriens ont pu regagner leur pays avant l’interruption de l’opération de rapatriement. Et beaucoup étaient sur le point de reprendre le chemin de la Côte d'Ivoire, quand le gouvernement libérien a fermé ses frontières l'été 2014 pour freiner la progression de l'épidémie d'Ebola.

L'agence onusienne basée à Genève note qu'au moins 300.000 Ivoiriens avaient fui leur pays au plus fort de la crise post-électorale de novembre 2010, dont 200.000 s'étaient exilés au Liberia.

Alpha Diallo, Genève, pour la Radio des Nations Unies

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...