Liban sud: Ban Ki-moon appelle à la retenue après les tirs de roquette sur Israël

Des Casques bleus de l'ONU en véhicules blindés patrouillent la ville de Jwayya entre Tyr et Tibnin, au Liban. Photo: FINUL

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, s’est dit très préoccupé lundi par les tirs de roquettes effectués la veille sur le territoire d’Israël en provenance du sud du Liban, les qualifiant de « grave violation » du cessez-le-feu. Il a pris note de l’attaque au mortier menée en représailles par Israël et a exhorté toutes les parties à faire preuve du maximum de retenue.

Trois roquettes ont été tirées à partir du sud du Liban vers Israël et Israël a riposté en tirant environ huit obus de mortier de 120mm, mais aucune victime n’a été constatée de part et d’autre, selon la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL).

« Le Secrétaire général est très préoccupé par les tirs de roquettes d’hier dans la zone d’opérations de la FINUL à partir du secteur d’Al-Hinniyah, près de Tyr, en direction d’Israël, ce qui constitue une grave violation de la résolution 1701 (2006) », a déclaré le porte-parole de M. Ban, dans une allusion à la mesure du Conseil de sécurité qui avait établi un cessez-le-feu à la suite de combats entre Israël et le Hezbollah en 2006.

« Le Secrétaire général prend note des attaques de représailles au mortier effectuées par les Forces de défense israéliennes vers le Liban dans la zone de Zibqin. La FINUL enquête sur les circonstances de l’incident, en coopération avec les Forces armées libanaises et les Forces de défense israéliennes », a ajouté le porte-parole.

« Le Secrétaire général condamne toute violation de la résolution 1701 et exhorte toutes les parties concernées à faire preuve du maximum de retenue et de coopérer avec la FINUL afin de prévenir une escalade », a-t-il encore dit, réaffirmant la détermination de l’ONU à travailler avec les parties afin d’assurer que le calme qui a prévalu dans le sud du Liban continue de régner.

« Les parties sont tenues d’adhérer pleinement à la résolution 1701 et de respecter la cessation des hostilités », a-t-il souligné.

La FINUL compte actuellement près de 10.500 personnes déployées dans cette zone.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...