La Syrie au cœur de l'actualité en 2015

Écouter /

Dans le camp de Tishreen pour personnes déplacées à Alep, en Syrie, les habitants vaquent à leurs occupations quotidiennes. Photo : UNICEF / Razan Rashidi

La Syrie a été en 2015 au cœur de l'actualité sur plusieurs plans. Premièrement le pays qui est dans sa cinquième année de conflit a connu une hausse spectaculaire du nombre de réfugiés, qui sont près de 4 millions éparpillés dans les pays limitrophes, mais qui tentent également de gagner l'Europe. Le pays compte aussi un nombre croissant de déplacés. Alors que le niveau de violence du conflit ne fait qu'empirer entre les forces syriennes, les rebelles et Daesh dont le contrôle du territoire en Syrie s'est accru, rien ne semble indiquer jusqu'à présent une résolution à ce conflit, malgré une trêve le 28 décembre qui a permis l'évacuation de quelques centaines de personnes dans une localité, grâce au soutien des Nations Unies.

Alors que le conflit en Syrie se perpétue depuis bientôt cinq ans, le financement de la coordination humanitaire est problématique. C'est ce qu'indiquait Kyung-wha Kwang, Sous-Secrétaire générale des Nations Unies aux affaires humanitaires, fin février 2015.

De son côté le Programme alimentaire mondial, le 30 mars dernier indiquait les besoins croissants de l'organisation, à mesure que la guerre continue. Joëlle Eid, porte-parole du PAM en Jordanie, revient sur le travail du PAM en Syrie.

La Syrie a aussi continué en 2015 a généré le plus fort taux de réfugiés en fuite vers les pays limitrophes, l'Europe et l'Amérique. William Spindler, du Haut-Commissariat aux réfugiés, revient également sur l'impact de cet exode dans les pays limitrophes qui accueillent ces réfugiés, particulièrement en Turquie.

Fin novembre, l’UNICEF, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance dénonçait la destruction d'infrastructure civile. Au micro de la radio des Nations Unies Maddalena Bartolotti, responsable de la mobilisation des ressources pour l’UNICEF en Syrie, revenait sur la destruction récente d'un site de traitements des eaux à Alep, qui touche plus de 3 million de personnes. Elle explique également les difficultés liées au manque d'accès à cause du conflit.

Le 18 décembre la résolution 2254 a été votée par le Conseil de sécurité pour permettre la reprise de pourparlers le 25 janvier 2016. Pour Laurent Fabius, Ministre Français des Affaires Étrangères, il s'agit d'une « lueur d'espoir » qui devrait permettre au gouvernement et l'opposition de s'accorder pour une transition en Syrie.

A noter que ces pourparlers syriens, sous l'égide des Nations Unies, par le biais de l'Envoyé Spécial pour la Syrie, Steffan de Mistura, débuteront le 25 janvier. Ils seront suivis d'une conférence sur l'aspect humanitaire du conflit, au mois de février, à Londres.

(Mise en perspective Tsigué Shiferaw)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...