2015, une année charnière dans l'histoire de l'ONU, selon Ban Ki-moon

Écouter /

Le Siège de l’ONU en 1964. Photo: ONU

« 2015 aura été une année charnière dans l'histoire des Nations Unies ». C'est ce qu'a affirmé, mercredi, le Secrétaire général qui donnait sa conférence de presse annuelle de fin d'année.

Pour Ban Ki-moon 2015 aura été à la fois une année d'avancées et d'horreurs. Il a d'abord évoqué l'adoption toute récente de l'Accord de Paris sur le climat, y voyant un « signe d'espoir pour une époque troublée », ainsi qu'un « triomphe du multilatéralisme ».

« L'Accord de Paris, s'est-il félicité, a dépassé les attentes. Il fournit un Plan A pour la planète, A pour ambition ».

Alors que le monde s'apprête à entamer l'année 2016, le Secrétaire général a toutefois jugé nécessaire de forger un nouveau compact mondial sur la mobilité humaine, évoquant notamment les récents flux épiques de réfugiés et de personnes déplacés.

Ban Ki-moon a d'ailleurs indiqué que l'ONU avait réclamé 20 milliards de dollars pour faire face aux besoins humanitaires en 2016, soit cinq fois le montant demandé il y a dix ans. Il a aussi dit que le Sommet humanitaire mondial, qui doit se tenir au mois de mai à Istanbul, sera essentiel pour répondre aux problèmes systémiques rencontrés dans le domaine du financement.

Devant la presse, le Secrétaire général a également parlé des efforts déployés par l'ONU pour résoudre les conflits dans le monde, notamment en Libye et au Yémen.

A propos de la Syrie, « plaie béante pour le Moyent-Orient et le monde », il a indiqué que l'ONU fait pression pour conclure un cessez-le-feu et pour lancer des négociations sur une transition politique dès le mois de janvier.

Ban Ki-moon s'est aussi alarmé de l'escalade de la violence au Burundi, avertissant que le pays est sur le point de sombrer dans une guerre civile qui risque d'embraser toute la région. Il a appelé à la tenue urgente d'un dialogue politique inclusif, ajoutant que tous les efforts doivent être déployés pour prévenir les violences de masse et pour agir de manière décisive si elles devaient jaillir.

Le Secrétaire général a en outre annoncé qu'il présenterait, le mois prochain, un plan d'action pour prévenir l'extrémisme violent au motif que de nombreux conflits actuels créent un terrain propice pour la propagation du terrorisme.

Face à la multitude de défis actuels, Ban Ki-moon a appelé à faire de 2016 une année d'accomplissements pour réellement bâtir une vie de dignité pour « nous les peuples ».

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...