VIH/sida : le nombre de morts parmi les adolescents multiplié par trois en 15 ans

Écouter /

Une jeune fille de 15 ans, à Zanzibar, en Tanzanie, qui a récemment apris sa séroposivité (archive). Photo: © UNICEF/NYHQ2010-1842/Noorani

Le nombre d'adolescents tués dans le monde par la VIH/sida a triplé ces quinze dernières années. Une situation qui préoccupe l'UNICEF qui appelle à investir immédiatement dans l'accès des enfants et des adolescents aux soins et aux traitements.

L'épidémie du VIH/sida est la principale cause de décès parmi les adolescents en Afrique et la deuxième à l'échelle mondiale, et parmi tous les groupes affectés par le virus, les adolescents sont le seul chez qui les taux de mortalité ne sont pas en baisse.

Selon l'UNICEF, la majorité des adolescents tués par une maladie associée au sida, avaient contracté le VIH lorsqu'ils étaient bébés, il y a dix ou quinze ans. A l'époque moins de femmes enceintes et de mères avaient accès aux traitements antirétroviraux pour prévenir la transmission du virus à leur enfant. Ces enfants ont ensuite survécu jusqu'à l'adolescence, souvent sans connaître leur statut séropositif.

A l'échelle mondiale, moins de la moitié des nourrissons de moins de deux mois sont testé pour le VIH, et seulement un tiers des 2,6 millions d'enfants de moins de quinze ans qui vivent avec le VIH suivent un traitement.

Le taux de prévalence du VIH chez les adolescents est particulièrement marqué en Afrique sub-saharienne, surtout chez les filles qui représentent sept nouvelles infections sur dix parmi les jeunes de quinze à dix-neuf ans. Toutefois, seulement un adolescent sur dix subi le test de dépistage du SIDA dans cette partie de l'Afrique.

A l'échelle mondiale, 26 adolescents sont infecté par le virus du VIH chaque heure. Près de la moitié d'entre eux vivent en Afrique du sud, au Nigéria, au Kenya, en Inde, au Mozambique et en Tanzanie.

(Mise en perspective : Erika Grossi)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...