Santé: Des nouvelles normes pour améliorer les services de santé pour les adolescents.

Écouter /

Guide sur la santé des adolescents de l’OMS

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’ONUSIDA ont mis au point conjointement de nouvelles normes mondiales en matière de services de santé pour les adolescents, afin d’aider les pays à améliorer la qualité de leurs prestations de santé destinées à ce segment de leur population.

« Les services de santé actuellement existants sont souvent inadaptés aux besoins des jeunes âgés de 10 à 19 ans » qui forment la catégorie des adolescents, indique le communiqué. « De nombreux adolescents souffrant de troubles mentaux, d’accoutumance à des drogues, de mauvaise nutrition, de blessures auto-infligées ou de maladies chroniques n’ont pas accès à des services de prévention et de soins qui sont pourtant d’une importance critique », ajoute l’OMS. Or, souligne-t-elle, « de nombreux comportements qui ont un impact durable sur la santé commencent dès l’adolescence ».

Ces nouvelles normes « contiennent un certain nombre de mesures que les pays, qu’ils soient riches ou pauvres, peuvent prendre immédiatement pour améliorer la santé et le bien-être de leurs adolescents », a déclaré le Dr. Anthony Costello, directeur de la division Santé de la mère, de l’enfant et de l’adolescent à l’OMS. Les normes reflètent l’accent qui a été mis sur les adolescents dans la nouvelle Stratégie mondiale pour la santé des femmes, des enfants et des adolescents, adoptée en septembre à New York, a-t-il ajouté.

Les adolescents forment un groupe unique de personnes qui se développent rapidement à la fois physiquement et émotionnellement mais qui sont souvent encore dépendants de leurs parents ou de tuteurs, rappelle l’OMS. Les normes mises au point par l’OMS et l’ONUSIDA recommandent de rendre les services de santé plus « adaptés aux adolescents », en fournissant des consultations gratuites ou bon marché et en rendant disponibles des informations relatives aux questions de santé qui soient à la fois médicalement correctes et adaptées à leur âge.

Elles soulignent également la nécessité que les adolescents puissent accéder à ces services sans nécessairement devoir prendre rendez-vous ou avoir le consentement de leurs parents, et sachant que toute consultation restera confidentielle et qu’ils ne feront pas l’objet de discriminations.

« Si vous voulez garder les adolescents en bonne santé, vous devez les traiter avec respect », a dit le Dr . Costello. « Les adolescents sont particulièrement vulnérables à certains problèmes de santé. Les trois causes de décès les plus répandues parmi les adolescents sont les blessures consécutives à un accident de la circulation, les maladies liées au sida et le suicide », a-t-il précisé.

« Le sida est la principale cause de décès des adolescents en Afrique et la deuxième cause de décès parmi les adolescents au niveau mondial », a pour sa part relevé le Dr. Mariangela Simao, directrice de division à l’ONUSIDA. « Tous les adolescents (…) ont droit aux informations et aux services qui leur premettront de se protéger du virus VIH du sida », a-t-elle ajouté.

Selon le Dr. Costello, « le secteur de la santé ne peut pas se contenter de dire aux patients qu’ils sont malades à cause de leur consommation de tabac et d’alcool, de leurs habitudes alimentaires et de leur attitude vis-à-vis des exercices physiques, s’il ne fait pas un meilleur travail pour aider la population à prendre dès l’adolescence de bonnes habitudes en matière de santé ».

Les normes mondiales visent à inciter les pays à offrir des services de santé incluant information, conseil, diagnostic et traitement qui aillent plus loin que l’effort traditionnel sur la santé sexuelle et reproductive, indique encore le communiqué. Elles sont fondées sur des recherches effectuées notamment dans 25 pays à revenus bas et modérés qui ont déjà adopté à l’échelle nationale des normes afin d’améliorer la santé de leurs adolescents.

 (Interview: Valentina Baltag, scientifique dans le département de la santé de mères, nouveaux-nés,enfants et adolescents à l’OMS; propos recueillis par Florence Westergard)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...