Niger : 150 écoles fermées et 12.000 élèves privés de scolarité à Diffa à cause de Boko Haram

Écouter /

Des Nigérians qui se sont réfugiés au Niger pour fuir les exactions de Boko Haram (photo: OCHA)

Dans les pays du Bassin du Lac Tchad, les régions touchées par les attaques de Boko Haram vivent généralement dans la psychose de nouvelles exactions des islamistes nigérians. En perdant la plupart de leurs territoires dans le nord-est du Nigeria, Boko Haram multiplie les attentats, au Nigeria et dans les pays voisins.  Au Niger par exemple, ces attaques et la psychose qui s'en suit ont eu pour conséquences sur le plan éducatif, la fermeture de nombreuses écoles dans la région de Diffa.

 

Le dernier bulletin du Bureau de l'ONU de la Coordination des affaires humanitaires en date du 2 novembre montre que plus de 150 écoles ont été fermées au Niger à cause des attaques meurtrières des islamistes de Boko Haram. Une situation qui prive d'éducation plus de 12.000 élèves dans la région de Diffa. Selon ce communiqué d'OCHA, ces institutions scolaires ont été fermées à cause de l'insécurité qui a engendré l'absence d'enseignants et surtout la psychose au sein des populations. Ces écoles sont pour la plupart situées dans des localités proches du lac Tchad et de la frontière entre le Niger et le Nigeria. En attendant, ces milliers d'élèves et d'enfants en âge d'être scolarisés se trouvent actuellement sur les sites des déplacés et ne peuvent pas aller à l'école alors que la rentrée scolaire a eu lieu dans le reste du Niger en octobre.

Face à cette situation, Niamey en collaboration avec les partenaires humanitaires examinent les différentes possibilités pour un retour effectif en classe des enfants nigériens de ces localités avant la fin du mois de novembre.

L'ONU rappelle d'ailleurs qu'au Niger, en dépit d'une relative accalmie, le contexte sécuritaire dans la région de Diffa reste volatile. En témoigne la toute dernière attaque dans le village de Alla le 26 octobre dernier. Attaque qui avait coûté la vie à 13 personnes tuées par balles et causé de nombreux dégâts matériels.

Alpha Diallo, Genève, pour la Radio des Nations Unies

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...