Le HCR s’inquiète d’une nouvelle crise humanitaire aux points de passage frontaliers dans les Balkans

Écouter /

Serbie : afflux de réfugiés de l'ex-République yougoslave de Macédoine. Des femmes épuisées se reposent avec leurs enfants à Presevo (Crédit photo: © HCR/Imre Szabó)

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est inquiété mardi de l’émergence d’une nouvelle crise humanitaire en Europe en raison des mesures restrictives imposées à plusieurs points de passage frontaliers empruntés par des réfugiés et des migrants dans les Balkans.

Vendredi, le HCR, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) avaient publié un communiqué conjoint dans lequel ils jugeaient que les mesures restrictives rendaient la situation intenable.

Les nouvelles restrictions concernent essentiellement les personnes étant filtrées sur la base de leur nationalité présumée.

A la frontière entre la Grèce et l’ex-République yougoslave de Macédoine, et entre ce dernier pays et la Serbie, les ressortissants syriens, afghans et iraquiens sont autorisés à traverser. Les ressortissants d’autres pays ne peuvent pas continuer leur voyage.

Selon le porte-parole du HCR, les réfugiés et les migrants vont probablement continuer à arriver en Europe via la Grèce pendant l’hiver.

Du fait de la situation actuelle en Grèce, le HCR demeure préoccupé par le fait que ces mesures aux points de passage frontaliers vont essentiellement bénéficier aux passeurs car les personnes bloquées aux frontières cherchent des alternatives à leur situation précaire. Les détails avec Adrian Edwards, porte-parole du HCR.

(Extrait sonore d'Adrian Edwards, porte-parole du HCR à Genève)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...