La FAO et l'OMC annoncent le renforcement de leur coopération en matière de sécurité alimentaire

Écouter /

Un agriculteur participant à un projet de la FAO au Mali sur l'intensification durable de l'agriculture trie des haricots niébé. Photo : FAO / Swiatoslaw Wojtkowiak

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ont convenu mardi de renforcer leur coopération en matière de commerce international des denrées alimentaires et de sécurité alimentaire en vue d’améliorer à la fois la nutrition et l’accès des petits producteurs aux marchés agricoles internationaux.

« Nous sommes heureux d’assurer un commerce équitable pour les produits agricoles et alimentaires grâce au renforcement de la coopération FAO-OMC », a déclaré le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, en présence de son homologue à l’OMC, Roberto Azevêdo, lors d’un événement organisé au siège de l’agence alimentaire de l’ONU, à Rome.

« D’une part, le commerce semble devoir jouer un rôle de plus en plus important en réponse à la demande croissante des pays à déficit vivrier. D’autre part, une plus grande ouverture des échanges pourrait affecter la capacité des populations locales à produire leur propre nourriture», a ajouté le Directeur général.

M. Graziano da Silva a averti que l’absence d’une solution équilibrée sur les questions relatives à la production et au commerce des produits agricoles pourrait faire échouer l’Objectif de développement durable (ODD) de la communauté internationale relatif à l’éradication de la faim dans le monde.

Pour sa part, M. Azevêdo a souligné que l’OMC cherche « à faire en sorte que le système commercial mondial fonctionne pour tous et qu’il soit juste et équilibré », de manière à « soutenir la croissance et le développement et à permettre aux gens d’accéder aux biens et services dont ils ont besoin».

« Quand je me rends dans des pays en développement, particulièrement en Afrique (…), les hommes d’affaires me parlent des difficultés qu’ils rencontrent dans ce qui a trait au respect des normes requises», a déclaré le Directeur général de l’OMC ajoutant qu’il était essentiel de renforcer les compétences des producteurs dans les pays en développement.

M. Azevêdo a évoqué la 10ème Conférence ministérielle de l’OMC qui se tiendra du 15 au 18 décembre 2015 à Nairobi et fera la part belle au rôle de l’agriculture dans le développement des pays les moins avancés.

Il sera également question à Nairobi des restrictions commerciales sur les importations, y compris de l’abaissement des droits de douane, de la réduction des subventions agricoles internes et des distorsions que ces programmes produisent, ainsi que la nécessité d’éliminer les subventions à l’exportation, a précisé M. Azevêdo.

M. Graziano da Silva et M. Azevêdo ont par ailleurs indiqué, au titre du renforcement de leur coopération, que la FAO et l’OMC diffuseront en 2016 une publication conjointe qui traitera des mesures sanitaires et phyto-sanitaires pour limiter la propagation des maladies animales et végétales au cours du transport commercial des produits agricoles.

« L’Accord de l’OMC sur l’application des mesures sanitaires et phytosanitaires stipule que le Codex Alimentarius FAO/OMS ainsi que la Convention internationale sur la protection des végétaux de la FAO sont les organisations normatives dans ces domaines », a souligné M. Azevêdo.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...