En octobre, les prix alimentaires ont grimpé sous l'effet de conditions météo défavorables, selon la FAO

Écouter /

Un homme transportant de la canne à sucre au Mozambique. Photo FAO/Paballo Thekiso

La majorité des prix alimentaires ont grimpé en octobre, sous l’effet des inquiétudes liées aux conditions météorologiques sur les disponibilités de sucre et d’huile de palme, a indiqué jeudi l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

L’Indice FAO des prix des produits alimentaires s’est établi à près de 162 points en octobre, en hausse de 3,9% par rapport à septembre, tout en restant inférieur de 16% à celui d’il y a un an.

Il s’agit d’un indice pondéré qui mesure la variation mensuelle de cinq catégories principales de denrées alimentaires sur les marchés internationaux: céréales, viande, produits laitiers, huiles végétales et sucre.

L’Indice des prix des céréales était en hausse, bien que modérément (1,7%), en partie sous l’effet des inquiétudes régnant sur le temps sec affectant le blé en Ukraine et dans certaines zones méridionales de la Fédération de Russie.

La production céréalière mondiale est désormais estimée à 2,53 milliards de tonnes, soit 1,1% de moins que le résultat record de l’an dernier.

Le fléchissement escompté de la production s’explique en partie par les perspectives plus sombres liées aux cultures de maïs en Inde et en Ukraine, essentiellement dues au mauvais temps. La sécheresse en Thaïlande a entraîné un recul de la projection saisonnière de récolte de riz. Parallèlement, les estimations de la production mondiale de blé ont été relevées compte tenu d’une meilleure récolte que prévu dans l’Union européenne.

Les stocks céréaliers mondiaux devraient demeurer à un niveau confortable, grâce aux stocks de blé atteignant leur plus haut niveau en 15 ans.

L’Indice FAO des prix du sucre, en tête de la hausse générale, a connu une hausse de 17,2% depuis septembre, du fait des précipitations excessives dans les principales régions productrices du Brésil qui risquaient d’avoir des retombées sur la récolte de canne à sucre, ainsi que de la sécheresse en Inde et en Thaïlande. La forte hausse a inversé le fléchissement du sous-indice depuis février.

L’intensification des craintes liées à El Niño susceptible d’entraver l’offre d’huile de palme l’an prochain en Indonésie, et les lents progrès des semis de soja au Brésil dus également au temps défavorable, ont entraîné une hausse de 6,2% de l’Indice des prix des huiles végétales.

L’Indice des prix des produits laitiers a grimpé de 9,4% depuis septembre compte tenu des préoccupations de baisse de la production de lait en Nouvelle-Zélande. L’Indice des prix de la viande, quant à lui, est resté stable.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...