El Niño : 11 millions d'enfants menacés par la faim et la sécheresse dans le monde

Écouter /

Le Vanuatu après le passage du Cyclone Pam qui avait frappé ce pays en mars 2015 : Dans le Pacifique, plus de 4 millions de personnes menacées de faim à cause d'El Niño(Photo: UNICEF/Sokhin).

Doit-on redouter le pire avec le phénomène El Niño ? Selon le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICE), près de 11 millions d'enfants sont menacés par la faim, la maladie et la pénurie d'eau en Afrique de l'Est et en Afrique australe suite à la montée en puissance de ce phénomène climatique. Parmi les pays les plus éprouvés par El Niño figurent la Somalie où plus de 3 millions de personnes ont besoin d'assistance face à des récoltes insuffisantes et à une pénurie alimentaire. Les graves inondations que l'on prévoit devraient aggraver encore la situation.

C'est pourquoi le Directeur général de l'UNICEF, Anthony Lake plaide la cause des enfants et leurs communautés qui ont besoin de l'aide de la communauté internationale pour se remettre de l'impact d'El Niño et se préparer aux autres dégâts qu'il pourrait provoquer. De façon générale, El Niño provoque également des sécheresses et des inondations dans différentes régions de l'Asie, du Pacifique et de l'Amérique latine.

Cette mise en garde de l'UNICEF intervient alors que les dirigeants mondiaux se réuniront à Paris pour la 21ème Conférence des Nations Unies sur le climat, également appelée COP21, du 30 novembre au 11 décembre. Son but est de parvenir à un accord universel et contraignant visant à limiter le réchauffement planétaire en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. « Lors des débats sur un accord limitant le réchauffement de la planète, ils doivent se rappeler que ce qui est en jeu, c'est l'avenir des enfants d'aujourd'hui et de la planète dont ils hériteront», fait remarquer l'UNICEF.

En attendant, les humanitaires redoutent que les « effets se répercutent de génération en génération si les communautés sinistrées ne reçoivent pas une aide face aux mauvaises récoltes et au manque d'accès à l'eau potable qui entraînent la malnutrition des enfants et les exposent à des maladies mortelles ». Outre les risques immédiats de mort et de traumatismes, El Niño peut entraîner une augmentation importante des cas de maladies comme le paludisme, la dengue, la diarrhée et le choléra qui sont les principales causes de décès chez les enfants. Lorsque les conditions météorologiques extrêmes privent les communautés de leurs moyens de subsistance, les jeunes enfants souffrent souvent de sous-nutrition, ce qui les expose aux maladies, à un retard dans leur développement mental et à un décès prématuré.

Outre la situation très préoccupante en Somalie, parmi les autres pays  touchés par El Niño figure l'Éthiopie qui est en train de subir sa plus grave sécheresse depuis 30 ans. « Quelque 8,2 millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire et 350 000 enfants ont besoin de soutien nutritionnel ».

Dans le Pacifique, plus de 4 millions de personnes risquent de se retrouver sans nourriture et sans eau potable à cause d'El Niño. En Amérique centrale, la sécheresse provoquée par El Niño touche plus de 3,5 millions de personnes au Guatemala, au Honduras et en El Salvador. Dans le reste de l'Amérique Latine, au Pérou, ca affecte 1,1 million de personnes, dont 400 000 enfants et adolescents alors qu'en Équateur, les autorités estiment que 1,5 million de personnes sont menacées. La moitié d'entre elles sont des enfants.

Il faut juste signaler qu'El Niño est un phénomène climatique lié au réchauffement des eaux de surface de l'océan Pacifique qui peut profondément affecter les conditions météorologiques du monde entier. Les phénomènes El Niño se produisent tous les deux à sept ans.

(Audio : Christophe Boulierac, porte-parole de l'UNICEF à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...