Conseil des droits de l'homme : le Président Maduro promet un scrutin législatif transparent au Venezuela

Écouter /

Le Président du Venezuela, M. Nicolás Maduro Moros lors d’une réunion extraordinaire du Conseil des droits de l’homme de l’ONU ce jeudi à Genève.

Le Conseil des droits de l’homme a tenu aujourd’hui une réunion extraordinaire pour entendre le Président du Venezuela, M. Nicolás Maduro Moros.  A cette occasion, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, M. Zeid Ra’ad Al Hussein, a rappelé que l'une des principales obligations d’un État souverain est de faire respecter les droits humains et de surtout défendre ceux qui sont en désaccord avec les politiques de l’État.

De son côté, le Président Maduro est revenu sur les progrès qu'il reste à faire pour consolider le système des droits humains afin de construire un véritable dialogue entre les civilisations. Le Chef de l'Etat vénézuélien a ensuite fait un tour d'horizon du chantier des droits humains dans son pays.

 

Parmi les annonces faites devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU ce jeudi à Genève, le Président du Venezuela a rappelé la création d'un conseil national des droits de l’homme et d'un plan national des droits humains. Dispositif, qui selon Nicolás Maduro Moros, résulte d’une vaste consultation.  Et concernant le scrutin législatif du 6 décembre prochain, le Président a tenu à rappeler le système de transparence de son processus électoral qui comporterait 25 contrôles d’audit avant la publication des résultats.

Sur l'agenda international, en tant que membre du Conseil, le Venezuela entend contribuer au règlement de la crise humanitaire et du sort de centaines de milliers de migrants. Caracas entend également défendre la cause palestinienne.

Mais avant le discours du Président Maduro, le Chef des droits de l'homme de l'ONU s'est fait l'avocat des organes des traités des Nations Unies qui ont exprimé de vives inquiétudes quant à l’indépendance du pouvoir judiciaire au Venezuela, à l’impartialité des juges et des procureurs et aux pressions qui sont exercées sur eux dans le traitement des affaires politiquement sensibles. Dans son message vidéo, Zeid Ra’ad Al Hussein a cité les exemples de la juge María Lourdes Afiuni et de Leopoldo López qui sont, selon lui, des illustrations évidentes de ces problèmes.  Il a également rappelé les inquiétudes du Comité des droits de l’homme à propos de l’intimidation, des menaces et des attaques contre des journalistes, des défenseurs des droits humains  et des avocats».  Le Haut-Commissaire Zeid s'est également préoccupé de l'instauration de l'état d’urgence dans 24 municipalités, qui suspend un certain nombre de mesures de protection des droits de l’homme.

Il faut juste rappeler que cette réunion extraordinaire avec le Président Maduro est la troisième dans l’histoire du Conseil des droits de l’homme, après celle de 2007 avec Michelle Bachelet, Présidente du Chili, et la deuxième tenue le 28 octobre dernier, à l’occasion du passage à Genève du Président de l’État de Palestine, M. Mahmoud Abbas.

Alpha Diallo, Genève, pour la Radio des Nations Unies

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...