Climat : les engagements des Etats loin d’être suffisants (ONU)

Écouter /

Les engagements des Etats pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre sont encore « loin d’être suffisants » pour contenir le réchauffement à +2°C. Un nouveau rapport du Programme des Nations unies pour l’Environnement souligne que même si les contributions prévues déterminées au niveau national (CPDN) témoignent d’un mouvement sans précédent en faveur d’un accord sur le climat à Paris, mil faudra redoubler d’ambition dans les années à venir pour atteindre l’objectif des 2°C.

 

Cela ressemble comme un nouvel avertissement à trois semaines de la conférence de Paris sur le climat. Un carton jaune pour rappeler que les promesses de réductions des gaz à effet de serre ne suffiront pas à contenir le réchauffement climatique à +2°C. Selon le rapport du Programme des Nations unies pour l’Environnement (PNUE), ces efforts sont loin d'être suffisants. Car à en croire cette étude réalisée par une équipe internationale de chercheurs, les engagements présentés par 146 pays au 1er octobre aboutiraient à une hausse probable du mercure comprise entre +3 et +3,5°C à l’horizon 2100. Or, au-delà du seuil de 2°C, le climat pourrait s’emballer avec comme conséquences, une fonte des glaciers, une hausse du niveau de la mer, une érosion des côtes ou la récurrence des sécheresses. Dans ces conditions, le PNUE souligne que beaucoup reste à faire pour insuffler un regain d’ambition en vue de maintenir le réchauffement planétaire en deçà de 2 °C d’ici 2100.

Abdelouauhed Fikrat, est le Secrétaire général du Ministère de l'Environnement du Maroc, pays hôte de la COP22 : « Le succès de Paris ne sera pas jugé par rapport aux résultats concret de l'accumulation des contributions prévues déterminées au niveau national (INDCS en anglais). C'est-à-dire si nous n'avons pas les 2°C, on ne va pas dire que Paris est un échec. Au contraire, il faut maintenir le rythme, maintenir les efforts ».

Maintenir les efforts afin qu'un accord soit trouvé à Paris dans trois semaines. Un accord qui doit prendre le relais du protocole de Kyoto à compter de 2020.

Alpha Diallo, Genève, pour la Radio des Nations Unies

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...