Climat : 100 millions de personnes pourraient tomber sous le seuil de pauvreté à l'horizon 2030, suite au dérèglement climatique

Écouter /

La sécheresse du Sahel (Photo : FAO/Giulio Napolitano)

Le dérèglement climatique pourrait faire tomber 100 millions de personnes sous le seuil de pauvreté à l'horizon 2030, a affirmé la Banque Mondiale dans son nouveau rapport « Oneds de choc: maîtriser les impacts du changement climatique sur la pauvreté», publié à 3 semaines de la Conférence de Paris sur le climat, COP21.

Pour éviter que cela ne se produise, il faut mettre les bonnes politiques en place, d'après la Banque mondiale.

Selon l'étude, les populations pauvres sont déjà très menacées par les chocs liés au climat– mauvaises récoltes dues à la diminution de la pluviosité, flambées des prix alimentaires provoquées par des phénomènes météorologiques extrêmes, accroissement de l'incidence des maladies sous l'effet de vagues de chaleur et d'inondations.

«Ce sont les plus démunis qui sont le plus durement frappés par le changement climatique », a déclaré le président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, ajoutant que « le défi auquel nous sommes maintenant confrontés consiste à éviter que le dérèglement du climat ne plonge dans l'extrême pauvreté des dizaines de millions d'êtres humains».

Le rapport démontre que le combat contre la pauvreté et la lutte contre le changement climatique sont plus efficaces lorsqu'ils sont menés simultanément.

L'étude de la Banque mondiale s'intéresse particulièrement aux aspects concernant l'agriculture, la santé et les catastrophes naturelles. Elle plaide en faveur d'actions capables d'accroître la résilience des populations pauvres, tels le renforcement des systèmes de protection sociale et la couverture santé universelle. Elle prone aussi la mise en œuvre parallèle œuvre de mesures axées sur le climat pour faciliter l'adaptation au changement climatique, tels le renforcement des dispositifs de protection contre les crues, les systèmes d'alerte rapide, et les cultures résistantes aux aléas climatiques.

En Afrique, le changement climatique pourrait entraîner une hausse des prix des denrées alimentaires pouvant aller jusqu'à 12 % en 2030 et 70 % à l'horizon 2080 — un coup très dur pour les pays où la consommation alimentaire des ménages les plus pauvres représente plus de 60 % des dépenses totales.

Selon l'économiste principal qui a mené le rapport , Stephane Hallegatte, nous avons la possibilité d'atteindre nos objectifs de réduction de la pauvreté face au changement climatique, mais à condition de faire dès maintenant des choix judicieux en matière de politiques publiques.

 

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

 

 

Classé sous Environnement, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/12/2017
Loading the player ...