Burundi : l'UIP exhorte le Parlement burundais à diriger les efforts vers le rétablissement de la paix et de l'unité

Écouter /

Le cadavre ensanglanté d’un homme non identifié trouvé dans un canal de drainage à Bujumbura, au Burundi. Plus de 130 personnes ont été tuées  dans le pays depuis avril suite à la crise politique.
(© Désiré Nimubona / IRIN)

« Il appartient au seul Parlement et aux parlementaires de représenter l'ensemble de la société et de répondre à ses préoccupations. Les parlementaires ne sauraient participer à l'incitation à la haine, à la division ou à la violence contre une partie de la société », a déclaré mercredi le Secrétaire général de l'Union interparlementaire (UIP), Martin Chungong.

L'UIP a exhorté le Parlement burundais à ne pas faillir à ses obligations envers son peuple et au devoir qui est le sien de représenter et de protéger l'ensemble de la société, à un moment où la communauté internationale s'inquiète de la situation de plus en plus tendue qui prévaut dans le pays.

Appelant à la cessation immédiate des violences et du climat de peur déclenchés il y a plusieurs par une crise politique qui a fait des centaines de victimes et poussé des centaines de milliers de personnes à fuir le pays, l'UIP souligne la nécessité pour le Parlement burundais et ses membres d'être partie intégrante d'une solution nationale et non du problème.

L'UIP est particulièrement préoccupée par les informations faisant état d'incitations à la violence contre toute velléité d'opposition politique dans le pays.

« Compte tenu de l'histoire du Burundi, le Parlement et ses dirigeants doivent s'atteler de tout urgence à apaiser les divisions politiques et ethniques afin que le pays ne sombre pas dans l'abîme auquel il fait face et pour que le peuple retrouve la foi dans ses institutions politiques », a ajouté le Secrétaire général.

(Interview : Martin Chungong, Secrétaire général de l'UIP; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...