Ban Ki-moon juge qu’il faut améliorer le fonctionnement du bureau du Président de l’Assemblée générale

Écouter /

68ème session de l’Assemblée générale. (Photo: ONU)

A la suite de graves allégations visant un ancien Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, John Ashe, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a estimé mardi qu’il fallait améliorer le fonctionnement du bureau du Président de cet organe de l’ONU.

« J’ai déjà exprimé mon choc après les très graves allégations contre le Président de la 68ème session. J’ai déclaré sans équivoque que nous ne tolèrerons pas la corruption aux Nations Unies ou en son nom », a dit M. Ban lors d’une réunion de l’Assemblée générale consacrée à la revitalisation de ses travaux.

« L’Assemblée doit maintenant tirer les leçons de cet incident et agir avec détermination », a-t-il ajouté.

Selon lui, « les Etats membres doivent améliorer le fonctionnement du Bureau du Président de l’Assemblée générale pour qu’il soit plus solidement organisé, avec notamment un budget finançant les activités du Président ». « Il faut davantage de transparence et de responsabilité », a-t-il insisté.

Le Président de la 68ème session de l’Assemblée générale, John Ashe, est accusé par la justice américaine d’être impliqué dans un vaste système de corruption. Il est soupçonné d’avoir abusé de sa position pour promouvoir les intérêts privés d’un promoteur immobilier de Macao et de sa société en échange de pots-de-vin.

Ban Ki-moon a rappelé qu’il avait demandé qu’un audit soit fait par le Bureau des services de contrôle interne (BSCI) des Nations Unies sur les interactions entre les Nations Unies et les entités mentionnées dans la plainte pénale.

« Les décisions concernant le fonctionnement du Bureau du Président de l’Assemblée générale sont du domaine de l’Assemblée générale. Mais il incombe à nous tous que cela soit fait correctement. C’est pourquoi j’ai établi un groupe de travail interne, présidé par la Chef de cabinet, pour examiner les arrangements concernant le financement et le personnel de ce Bureau. Le groupe de travail fera des recommandations pour promouvoir la transparence et la responsabilité », a déclaré le Secrétaire général.

De son côté, l’actuel Président de l’Assemblée générale, Mogens Lykketoft, a souligné que son poste n’était « pas seulement un grand honneur mais aussi une responsabilité considérable ». « Cela nécessite un Bureau qui ait suffisamment de personnel et qui soit géré de la manière la plus efficace possible tout en respectant les critères les plus élevés en matière d’éthique et de gouvernance », a-t-il dit.

Il a ajouté qu’en ce qui concerne son Bureau et lui-même, trois principes les guidaient : intégrité et impartialité ; transparence et responsabilité ; professionnalisme et efficacité.

 

(Mise en persepctive : Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...