Attentats de Paris : appel de l’ONU pour tenir les promesses sur l’accueil des réfugiés

Écouter /

Eviter à tout prix que les réfugiés ne deviennent des boucs émissaires après les ignobles attentats de Paris vendredi soir. Tel est l'appel du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) qui redoute que ces personnes qui ont besoin de protection ne deviennent des « victimes collatérales de ces tragiques évènements». L'agence onusienne basée à Genève appelle donc les Etats à ne pas revenir sur leurs promesses d'accueil et que l’accueil des migrants ne soit mis à mal surtout en Europe.

 

Après les attentats de Paris, le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) a invité, ce mardi à Genève, les États à ne pas revenir sur leurs promesses d’accueil de migrants et réfugiés, essentiellement des Syriens, des Iraquiens et des Afghans qui arrivent en Grèce en quête de protection. Cet appel du HCR intervient après les déclarations de plusieurs Etats au lendemain des attentats de Paris. «Nous sommes préoccupés par les réactions de certains États qui veulent mettre fin aux programmes mis en place, revenir sur leurs engagements pris pour gérer la crise des réfugiés, ou proposent d’ériger des barrières ou des clôtures», a fait remarquer une porte-parole du HCR, lors d’un point de presse ce mardi à Genève.

Melissa Fleming souligne que « l’écrasante majorité de ceux qui arrivent en Europe fuient les persécutions et menaces liées au conflit ». A cet égard, les Nations Unies rappellent que plus de 13,5 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire pour la seule Syrie. C'est pourquoi, le HCR estime que «les réfugiés ne devraient pas devenir des boucs émissaires et ils ne doivent pas devenir les victimes secondaires de ces tragiques évènements».

Concernant les inquiétudes sur les problèmes de sécurité soulevées suite aux attentats de Paris, le HCR a également appelé les Européens à mettre en place de véritables centres d’accueil pour les migrants et réfugiés en Grèce, et non dans les îles grecques de la mer Egée qui n’ont pas la capacité de les accueillir et les enregistrer correctement. « Ces centres permettraient de véritablement identifier les personnes et de s’assurer qu’elles ne représentent pas une menace », a déclaré Melissa Flemming.

Il faut juste signaler qu'en octobre dernier, l’Union Européenne (UE) s’était mis d’accord sur un plan de répartition de 160.000 réfugiés. En date du 12 novembre moins de 150 réfugiés ont effectivement été relocalisés depuis l’Italie et la Grèce vers d’autres pays européens dont le Luxembourg.

Selon le HCR, 820.318 migrants et réfugiés ont traversé la Méditerranée pour rejoindre l’Europe en 2015, dont plus de de 673.916 en Grèce- Plus de 3.470 sont morts ou portés disparus lors de cette périlleuse traversée.

(Interview : Céline Schmitt, porte-parole du HCR à Paris ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...