Yémen : malgré une situation dramatique, l’ONU salue des avancées en faveur de la paix

Écouter /

 

L'Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour le Yémen, Ismail Ould Cheikh Ahmed. Photo : ONU / Devra Berkowitz

A l’occasion d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur la situation au Yémen, l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le pays, Ismail Ould Cheikh Ahmed, a salué vendredi l’annonce récente de futurs pourparlers de paix entre les parties, sous l’égide des Nations Unies.

« Le Yémen est en feu et la population yéménite est dans une situation catastrophique », a déploré l’Envoyé spécial, tout en constatant l’échec des négociations entre parties entamées à Genève il y a cinq mois.

« Le mois dernier, j’ai informé le Conseil de mon intention de convoquer des consultations dans les semaines à venir. Là encore, ces pourparlers ont été annulés parce que de nouvelles conditions préalables ont été fixées », a-t-il ajouté, avertissant que les groupes extrémistes tirent profit du conflit sur le terrain.

« Nous espérions que le retour du gouvernement légitime s’accompagnerait d’un retour à la tranquillité et d’un rétablissement des services de base », a déclaré M. Ould Cheikh Ahmed, avant d’ajouter qu’au contraire, le siège du gouvernement à Aden a été attaqué le 6 octobre par Daech.

De nombreux employés civils ont perdu la vie et des dirigeants ont été blessés durant cette attaque, a-t-il déploré, ajoutant que le gouvernement a de nouveau été contraint d’être évacué.

« Les civils continuent de faire face à une situation humanitaire qui se détériore et subissent les conséquences du mépris flagrant des parties pour les lois de la guerre », a-t-il poursuivi.

Selon le dernier rapport du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), plus de 21 millions de personnes ont besoin d’une assistance humanitaire dans le pays, soit 80% de la population. Environ 20 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable et le nombre d’enfants souffrant de malnutrition sévère dépasse les 500.000.

« Des fêtes de mariage ont été attaquées deux fois au cours des derniers mois, ce qui a entrainé la mort de plus de 100 civils », a-t-il rappelé, ajoutant que la population de Taëz et d’autres villes est sous le coup de bombardements aveugles.

« L’aide humanitaire, qui est censée circuler librement, est quant à elle bloquée aux portes de Taëz », a également déploré l’Envoyé spécial.

Les entraves à la navigation commerciale et aux livraisons de carburant contribuent elles aussi à dégrader davantage les conditions de vie des Yéménites et à paralyser le fonctionnement des hôpitaux et de l’alimentation en eau potable dans de nombreuses régions du Yémen, a-t-il ajouté.

Malgré ce bilan désastreux, l’Envoyé spécial a salué les récentes avancées en matière de pourparlers de paix.

« Sur la base de mes consultations dans la région et avec les parties prenantes yéménites, le Secrétaire général a informé le Président Hadi de l’acceptation par les Houthis de la résolution 2216 du Conseil de sécurité de l’ONU, aussi bien dans leurs discussions avec moi que dans leur correspondance officielle », a toutefois noté M. Ould Cheikh Ahmed.

Adoptée en avril 2015 par le Conseil de sécurité, la résolution 2216 exige que les miliciens houthistes mettent fin à la violence au Yémen et libèrent les zones qu’ils occupent. Elle impose également des sanctions, dont un embargo sur les armes, aux rebelles, à leur chef, et au fils de l’ancien Président yéménite, Ali Abdullah Saleh.

« Je suis heureux de vous annoncer que le Président Hadi a informé le Secrétaire général, dans une lettre du 19 octobre, de son intention d’envoyer une délégation pour participer à des pourparlers de paix en vue de négocier une fin au conflit actuel sur la base du cadre fourni par la résolution 2216 du Conseil », a déclaré l’Envoyé spécial.

M. Ould Cheikh Ahmed a espéré que ces premiers entretiens en tête-à-tête permettent d’ouvrir la voie à « une fin rapide des combats, la reprise du dialogue politique et le retour du Yémen à une transition politique pacifique et ordonnée ».

(Extrait sonore : Ismail Ould Cheick Ahmed, Envoyé spécial des Nations Unies pour le Yémen; propos recueillis par Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...