Yémen: l'ONU dénonce la mort d'au moins 15 civils tués par des tirs de roquettes attribués aux rebelles

Écouter /

Des patients blessés par des frappes aériennes à l'hôpital Joumhouri, à Sanaa, au Yémen. Photo : OCHA

Au moins 15 civils dont deux enfants et une femme ont été tués et plus de 73 blessés mercredi 21 octobre dans des tirs de roquettes sur Taëz, au Yémen. Selon le Haut-Commissariat aux droits de l'homme, l'attaque attribuée aux comités populaires affiliés aux rebelles houthis. Les services du Haut-Commissaire Zeid rapportent deux attaques simultanées dans la même zone et s'inquiètent des conséquences de ces tirs aveugles répétés sur des zones peuplées à Taëz.

Par ailleurs, la situation humanitaire dans cette troisième ville yéménite est particulièrement désastreuse. L’intensification des combats, dans cette ville du sud-ouest du Yémen, a plongé Taëz dans le chaos avec des hôpitaux fermés et une pénurie grave de médicaments, de nourriture, d’eau et de carburant.  Des violences qui empêchent également l’arrivée des approvisionnements essentiels dans la ville où près de la moitié des hôpitaux sont fermés alors qu'un flot de blessés a désespérément besoin de traitement médical.

Depuis mars et l’intervention de la coalition arabe contre les rebelles Houthis, le conflit au Yémen a fait quelque 2577 tués et 5.078 blessés parmi les civils, selon l’ONU.

(Extrait sonore : Cécile Pouilly, porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...