Réunion à Vienne sur la Syrie: les humanitaires rappellent l'aggravation de la situation sur le terrain

Écouter /

La vieille ville de Homs est en ruines à l’image de toute la Syrie. Photo UNICEF/Nasar Ali

Des pourparlers internationaux sur la Syrie ont commencé ce vendredi à Vienne, la capitale autrichienne. Objectif pour les Chefs des diplomatie des grandes puissances et des pays influents du Moyen-Orient, trouver une issue à la crise syrienne et relancer le processus politique. Et les organismes humanitaires rappellent l'urgence d'une «solution politique ».

Selon le porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires à Genève, « le conflit syrien passe par une résolution politique et il faut une aussi vite que possible pour stopper la souffrance des populations ». « La situation est catastrophique depuis plusieurs années », a fait remarquer Jens Laerke dans une interview accordée à la Radio des Nations Unies.

D'autant plus que sur le terrain, le nombre de Syriens ayant besoin d’aide a augmenté de 1,2 million depuis janvier. Selon les dernières estimations, plus de 120.000 personnes ont été déplacées dans le nord de la Syrie depuis le début octobre à la suite de bombardements aériens et de combats sur le terrain.

Le porte-parole d'OCHA à Genève a rappelé les informations délivrées mardi dernier par le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires, Stephen O’Brien à l’occasion d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation en Syrie.

Ce dernier avait souligné que la situation en Syrie s’est aggravée depuis le début de l’année. « Nous estimons désormais qu’environ 13,5 millions de personnes en Syrie ont besoin d’une forme de protection et d’assistance humanitaire à travers le pays, soit 1,2 million de plus en seulement dix mois », avait-t-il dit devant le Conseil de sécurité.

Il y a actuellement 6,5 millions de personnes déplacées à l’intérieur de la Syrie. A cela s’ajoutent les 4,2 millions de Syriens qui ont fui le pays vers les pays voisins et vers l’Europe.

OCHA s'est d'ailleurs préoccupé du sort des civils vivant dans des zones assiégées. En effet, les organisations humanitaires ne sont toujours pas en mesure de bénéficier d’un accès durable et sans entraves auprès des millions de personnes affectées par le conflit. On estime à environ 4,5 millions le nombre de personnes vivant dans des zones difficiles d’accès en Syrie.

(Extrait sonore : Jens Laerke, porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...