Réforme ONU : le Conseil de sécurité doit refléter les réalités d'aujourd'hui, estime la France

Écouter /

 

Alexis Lamek, Représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations Unies (Photo ONU/Rick Bajornas)

L'Assemblée générale a débattu ce matin de la réforme du Conseil de sécurité qui passe notamment par l'élargissement du nombre de ses membres. Parmi les nombreux pays à intervenir, la France a fait valoir que le 70ème anniversaire des Nations Unies doit être mis à profit pour montrer que l'ONU est loin d'être sclérosée et que le Conseil de sécurité reflète les réalités d'aujourd'hui. Cela renforcera l'autorité et la représentativité du système de sécurité collective tout en préservant sa nature exécutive et décisionnelle, a souligné Alexis Lamek.

Lors de son intervention, le Représentant permanent adjoint de la France a souhaité que le Conseil tienne compte de l'émergence des nouvelles puissances qui ont la volonté, qui ont la capacité d'assumer la responsabilité d'une présence permanente au Conseil de Sécurité et qui sont, conformément à la Charte des Nations Unies, en mesure d'apporter une contribution importante à l'action du Conseil.

« A cet égard, la France apporte son appui à la candidature de l'Allemagne, du Brésil, de l'Inde et du Japon comme membres permanents du Conseil de sécurité, ainsi qu'à une présence renforcée des pays Africains, parmi les membres permanents et non-permanents,» a déclaré Alexis Lamek.

Le Représentant permanent adjoint de la France a également souligné que son pays, dans le même esprit de réforme, a proposé que les cinq membres permanents du Conseil suspendent volontairement et collectivement l'usage du veto en cas d'atrocités de masse.

(Extrait sonore : Alexis Lamek, Représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...