Moins de la moitié des pays ont atteint la parité entre les sexes dans l'éducation, selon l'UNESCO

Écouter /

Alors que la situation sécuritaire s'améliore dans certaines parties de la République centrafricaine, l'accès à l'éducation est une priorité. Photo : UNICEF / Donaig Le Du

A l’occasion de la Journée internationale de la fille, un nouveau rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) indique que moins de la moitié des pays ont atteint l’objectif de parité entre les sexes dans l’éducation primaire et dans l’éducation secondaire, dont l’échéance était pourtant fixée à 2005.

Aucun pays en Afrique subsaharienne n’a atteint cet objectif, précise ce rapport élaboré par le Rapport mondial de suivi sur l’Education pour tous (EPT) de l’UNESCO.

« Éduquer une fille, c’est éduquer une nation. Cela déclenche un effet d’entraînement à l’origine d’un changement positif manifeste pour le monde. Nous nous sommes récemment fixés de nouveaux objectifs ambitieux en vue d’atteindre un avenir durable. Mais sans le concours des filles, des jeunes femmes et des mères éduquées et autonomes, cette entreprise est vouée à l’échec », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova.

Ce rapport montre cependant que les progrès réalisés vers la parité entre les sexes constituent l’une des plus grandes réussites de l’éducation depuis l’an 2000.

Le nombre de pays ayant atteint l’objectif de la parité entre les sexes aussi bien dans l’éducation primaire que dans l’éducation secondaire a augmenté depuis 2000, passant de 36 à 62 pays. Bien que 62 millions de filles se voient toujours privées de leur droit fondamental à l’éducation, le nombre de filles non scolarisées a diminué de 52 millions au cours des 15 dernières années.

Toutefois, des défis considérables sont encore à relever, puisque les disparités entre les genres se creusent à chaque cycle du système d’éducation et que les filles les plus défavorisées restent les plus fortement désavantagées.

Les violences de genre en milieu scolaire constituent l’une des manifestations de la discrimination de genre les plus graves et freinent la réussite scolaire. De même, le mariage des enfants reste un obstacle persistant à l’éducation des filles. En 2012, près d’une jeune mariée sur cinq était âgée de 15 à 19 ans.

Le rapport recommande que l’éducation soit véritablement gratuite. Il recommande aussi de mettre en place des politiques s’attaquant aux problèmes auxquels de nombreux garçons, tout comme les filles, sont confrontés pour avoir accès à l’éducation et terminer leurs études.

Parmi ses recommandations, le rapport suggère également d’intégrer les questions de genre dans tous les aspects des politiques et de la planification et recruter, former et soutenir efficacement les enseignants afin d’agir en matière d’inégalité des genres.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...