Libye : face aux critiques, Bernardino Leon affirme la validité de la proposition d'accord libyenne

Écouter /

Bernardino León, Représentant spécial du Secrétaire général pour la Libye, lors de l’annonce des noms des membres du Conseil présidentiel. PHOTO: MANUL

Suite à la dénonciation du président de la Chambre des représentants libyenne de Tobrouk et au communiqué d'une partie de ses membres affirmant qu'il n'y aurait pas eu de vote ni de décision par la Chambre des représentants de Tobrouk sur l'accord pour une sortie de crise politique en Libye, le Représentant spécial de l'ONU pour ce pays, Bernardino Leon, a affirmé mercredi que le processus continue à aller de l'avant et ne sera pas détourné par quelques petits groupes ou personnalités.

« La majorité des Libyens veulent une solution politique et ne veulent plus de confrontations. Les Libyens sont ceux qui paient le plus lourds tribut de ces confrontations » a déclaré le Représentant spécial, lors d'une conférence de presse qui avait pour objectif d'élucider les faits et de répondre aux critiques, ajoutant que l'appui qu'apportent les Nations Unies et la communauté internationale est principalement vise à répondre aux Libyens qui souffrent.

« Malheureusement tous ces groupes et personnalités qui s'opposent à la solution politique n'ont pas pu mettre une alternative sur la table. Ce n'est qu'un message négatif. Ce n'est qu'un non», a déploré le Représentant spécial remarquant qu'ils n'ont pas été capables de dire aux Libyens ce qui peut être fait pour améliorer leur situation.

Bernardino Leon a souligné que la proposition d'accord était bel et bien libyenne.

Le chef de la Mission onusienne dans le pays a affirmé que la communauté internationale et les Nations Unies avaient un rôle de facilitateur, qu'ils n'avaient avancé aucune idée ni suggéré aucun nom dans la proposition d'accord.

Selon lui, si la communauté internationale ou l'ONU avaient voulu le faire, ils auraient mis une proposition sur la table en l'espace de deux ou trois semaines.

Au contraire, a fait remarquer le Représentant, si le processus a nécessité plus d'un an, c'est parce que la communauté internationale et l'ONU ont agit activement pour que tous les Libyens de toutes les régions et tendances politiques soient représentés autour de la table.

Pour Bernardino Leon cette pluralité dans le processus est l'atout le plus fort de ce processus.

« Ce n'est pas un processus uniquement lié aux institutions tel que le Congres général national » a expliqué le diplomate espagnol, ajoutant que le processus avait inclus la voix des municipalités, des femmes, celle de la société civile et même avec les tribus, même si celle-ci a été plus difficile.

Suite aux déclarations de Tobrouk, nous avons été à l'écoute des Libyens et nous avons constaté des vagues d'appui et des demandes pour aller de l'avant.

” Ma conclusion est que le processus progresse; nous convoquerons des réunions pour écouter les propositions pour aller de l'avant dans les prochains jours parce qu'il est très important qu'un gouvernement d'unité à Tripoli émette des messages positifs, et que les Libyens voient que nous avançons et que les propositions issues de ce dialogue vont prévaloir, a conclu Bernardino Leon.

(Extrait sonore : Bernardino Leon, Représentant spécial des Nations Unies pour la Libye)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...