Le Niger appelle la communauté internationale à ne pas oublier la crise dans le bassin du lac Tchad

Écouter /

Aichatou Boulama Kane, Ministre des Affaires étrangères, de la coopération, de l'intégration africaine et des Nigériens à l'extérieur du Niger. Photo: ONU

Souvent qualifié de crise oubliée, la situation dans la région du bassin du lac Tchad n'en est pas moins urgente à résoudre en raison de son impact sécuritaire et politique et de l'étendue de la crise humanitaire qui frappe les pays concernés.

Parmi eux le Niger, un pays qui accueille près de 150 000 réfugiés dans la région de Diffa, au Niger une zone structurellement vulnérable qui compte en outre 80 000 personnes déplacées en raison des attaques commises sur place par Boko Haram.

Dans un entretien accordé à la Radio de l'ONU, Aichatou Boulama Kane, Ministre nigérienne des Affaires étrangères, de la coopération, de l'intégration africaine et des Nigériens à l'extérieur plaide pour que la communauté internationale ne néglige pas cette crise. Elle parle aussi de l'impact de la situation sur les populations, et plus particulièrement sur les femmes.

Aichatou Boulama Kane s'était rendu au Siège pendant la semaine du Débat général, pour participer, entre autres, à une réunion de haut niveau sur la situation dans la région du bassin du lac Tchad.

(Interview : Aichatou Boulama Kane, Ministre des Affaires étrangères, de la coopération, de l'intégration africaine et des Nigériens à l'extérieur du Niger. Propos recueillis par Isabelle Dupuis)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...