Le HCR appelle la communauté internationale à soutenir davantage les réfugiés afghans

Écouter /

Haqumal (centre), un enfant de six ans de retour du Pakistan aime sa nouvelle école, l'école Anarul-Momineen à Pajhman, District de Kaboul, Afghanistan (Photo HCR/S.Rich)

Le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, António Guterres, a appelé mardi la communauté internationale à recentrer son attention sur l’Afghanistan, avertissant qu’il serait potentiellement dangereux d’ignorer la situation des réfugiés afghans.

« L’Afghanistan ne bénéficie plus de l’attention qu’il mérite », a déclaré António Guterres lors d’une réunion du Comité exécutif du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) sur la situation des réfugiés afghans, à Genève. « Nous sommes persuadés qu’ignorer l’Afghanistan serait une erreur dangereuse, quelle que soit l’urgence et l’ampleur des crises plus récentes ».

Le Haut-Commissaire a par ailleurs salué l’attitude de l’Iran et du Pakistan, qui ont accueilli 95% des réfugiés afghans.

« Avec plus de 6 millions de réfugiés à son apogée, il s’agit de la plus grande crise de réfugiés à laquelle le HCR ait jamais eu à faire, ainsi que la plus grande opération de rapatriement volontaire de notre histoire, soit plus de 5,8 millions de rapatriés depuis 2002 », a-t-il souligné, ajoutant qu’aujourd’hui, après plus de 35 ans et alors que 2,6 millions de réfugiés afghans sont toujours répartis dans 70 pays, l’Afghanistan est la plus grande situation de réfugiés prolongée au monde.

Dans un message vidéo diffusé lors de la réunion, le Président du pays, Mohammad Ashraf Ghani, a remercié le HCR pour son engagement en faveur des réfugiés afghans au cours des dernières décennies, ainsi que le Pakistan et l’Iran pour avoir gardé leurs frontières ouvertes à des millions de réfugiés afghans.

António Guterres a souligné que, bien que la situation en Afghanistan « reste difficile, comme l’on montré les événements récents à Kunduz », le nouveau gouvernement d’unité nationale du Président Ghani s’est engagé à trouver des solutions durables pour les réfugiés et les personnes déplacées.

« Cet engagement historique, ainsi que la coopération régionale renforcée de l’Afghanistan avec la Républiques islamiques d’Iran et le Pakistan, offre une occasion importante de faire des progrès dans la découverte de solutions durables pour les Afghans restants », a déclaré le Haut-Commissaire.

António Guterres a aussi souligné que ces solutions ne seraient pas réalisables sans « un renforcement significatif du soutien » de la communauté internationale, en particulier envers la stratégie de rapatriement régional développée par l’Afghanistan, l’Iran et le Pakistan, avec l’aide du HCR.

Le Haut-Commissaire a rappelé que le nombre de déplacés à l’intérieur de l’Afghanistan s’élève désormais à environ un million de personnes et que les Afghans ont continué récemment à quitter le pays pour demander l’asile ailleurs.

Néanmoins, António Guterres a souligné que près de 54.000 réfugiés sont rentrés en Afghanistan en 2015, soit presque autant que le total cumulé des deux années précédentes.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...