Iran : Ban Ki-moon déplore l'exécution de deux mineurs

Écouter /

Le Secrétaire général Ban Ki-moon. (Photo ONU/Mark Garten)

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, s’est dit profondément attristé lundi par les informations la semaine dernière faisant état de l’exécution, en Iran, de deux mineurs délinquants.

Selon une déclaration à la presse de son porte-parole, la peine de mort pour les crimes commis par des personnes âgées de moins de dix-huit ans est interdite par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et la Convention relative aux droits de l’enfant – tous deux ratifiés par l’Iran.

Pour le Secrétaire général ces deux exécutions reflètent une tendance inquiétante en Iran.

Plus de 700 exécutions auraient eu lieu depuis le début de l’année, dont au moins 40 exécutions publiques, soit le total le plus élevé enregistré au cours des 12 dernières années.

La majorité des exécutions sont dues à des infractions liées à la drogue, ce qui ne correspond pas au critère de ‘crimes les plus graves’ selon le droit international.

Le chef de l’ONU a réaffirmé l’opposition de l’Organisation des Nations Unies à la peine de mort et a appelé le gouvernement iranien à établir un moratoire sur les exécutions en vue d’abolir la peine de mort.

Vendredi, des experts des droits de l’homme de l’ONU ont également exprimé leur indignation et leur profonde tristesse face à ces deux exécutions.

Fatemeh Salbehi, âgée de 23 ans et condamnée pour un crime qu’elle aurait commis lorsqu’elle avait 17 ans, a été pendue mardi 13 octobre, une semaine après qu’un autre condamné à mort, Samad Zahabi, a été pendu pour avoir tué, alors qu’il avait 17 ans, un camarade berger.

 

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...