Haïti : l'envoyée de l’ONU appelle à un climat apaisé avant le scrutin électoral de dimanche

Écouter /

Des enfants jouent à l'intérieur du camp Delmas 33 pour Haïtiens déplacés. Photo : ONU / Sophia Paris

La Représentante spéciale du Secrétaire général en Haïti, Sandra Honoré, a appelé cette semaine les Haïtiens à faire en sorte que le scrutin électoral prévu dimanche 25 octobre 2015 se déroule dans un climat apaisé.

« Dans quelques jours, le 25 octobre vous êtes appelés à voter pour élire vos parlementaires, au second tour pour la plupart, et au premier tour pour certains. Vous êtes aussi appelés à élire vos maires et votre prochain Président de la République », a dit Mme Honoré dans un message à l’adresse de l’ensemble des Haïtiens.

L’envoyée de l’ONU a jugé encourageantes les préparations opérationnelles, techniques et sécuritaires effectuées par les autorités haïtiennes et le Conseil électoral provisoire visant à combler les lacunes et à répondre aux recommandations des partis politiques, des candidats et des groupes d’observateurs.

Mme Honoré a rappelé que ce cycle électoral était « fondamental pour l’installation de la 50ème législature le 12 janvier 2016, une année après que le Parlement soit devenu dysfonctionnel, et pour le transfert consécutif du pouvoir, après un mandat de cinq ans, à un troisième président démocratiquement élu ».

La Représentante spéciale s’est dite rassurée par les efforts entrepris par la Police nationale d’Haïti, de concert avec les effectifs policiers et militaires de la Mission des Nations Unies en Haïti (MINUSTAH), afin de sécuriser ce second tour des élections, en remplissant sa mission de protéger les citoyens et les électeurs pendant ce processus électoral.

« La conduite d’un processus électoral équitable, transparent et inclusif dans un climat apaisé est la condition sine qua non pour qu’Haïti continue d’avancer sur la voie de la stabilisation, de la gouvernance démocratique, du renforcement de l’état de droit et du développement socio-économique », a-t-elle ajouté.

« Je tiens à rappeler à tous et à toutes qu’il n’y a pas de place pour la violence dans un processus électoral, et que toute agression en violation du droit de vote devra être punie ; chaque individu doit être tenu responsable de ses actions devant la justice sans aucune exception », a insisté Mme Honoré.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...