Grèce : plus de 500.000 réfugiés sont arrivés dans le pays

Écouter /

Des milliers de Syriens font partie des 500.000 réfugiés qui tentent de franchir l’Europe via la Méditerranée (photo: HCR).

En Syrie, la violence ne faiblit pas et continue de pousser des dizaines de milliers de civils à fuir leurs foyers. Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA) note que près de 35.000 personnes ont été déplacées à Hader et Zerbé, au sud-ouest de la ville d'Alep à la suite des offensives gouvernementales des derniers jours. D'autres Syriens ont choisi de franchir les frontières européennes via la Turquie. Et selon le Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), la barre symbolique des 500.000 migrants et réfugiés arrivés en Grèce vient d'être franchie.

« Ce seuil a été franchi hier avec l’arrivée dans les îles de la mer Égée d’environ 8.000 personnes, portant le total à 502.500 », a indiqué Melissa Fleming porte-parole du HCR, lors d'une conférence de presse ce mardi à Genève. Ce mardi matin, il y avait encore plus de 27.500 personnes en attente dans les îles grecques, pour obtenir des papiers ou pour continuer leur chemin en Europe.

Si l’on ajoute les migrants qui sont passés par d’autres pays que la Turquie, le nombre total d’arrivées en Europe via la Méditerranée depuis janvier est supérieur à 643.000 personnes.  La majeure partie sont des réfugiés qui fuient des conflits et des persécutions, parmi lesquels des Syriens, des Iraquiens, des Afghans et des Erythréens, a précisé le HCR.

Du fait de ces arrivées massives en Grèce, de nombreux réfugiés et migrants « cherchent désespérément à poursuivre rapidement leur chemin, car ils craignent que les frontières qui leur restent à franchir se ferment bientôt ». Pour le HCR, l’un des grands défis de l’agence humanitaire est d’essayer de convaincre les réfugiés et migrants qu’il “y a d’autres endroits où ils seront bien reçus, que l’Allemagne, l’Autriche ou la Suède”, trois pays qu’ils veulent rejoindre en priorité.

Dans ces conditions, l'agence basée à Genève souligne l'importance qu'ailleurs en Europe, les conditions d’accueil soient aussi adaptées aux défis en cours, « faute de quoi le programme de réinstallation conclu en Europe en septembre dernier sera en sérieux danger, et pourrait même échouer ».

(Extrait sonore : William Splinder, porte-parole du HCR ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...