FAO : le patrimoine génétique de milliers de variétés de riz inséré dans une banque mondiale de semences

Écouter /

Les séquences génomiques de plus de 3.000 variétés de riz ont été insérées dans une banque mondiale de semences dans le but de promouvoir la mise en place d’un système mondial d’échange de données pour les ressources génétiques des espèces cultivées, s’est félicitée mercredi l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

L’annonce a été faite par l’Institut international de recherche sur le riz basé aux Philippines (IRRI) et le Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture (ITPGRFA) lors de la 6ème session de l’Organe directeur du Traité -auquel adhèrent 136 Etats membres, qui se tient cette semaine au siège de la FAO à Rome.

Des gouvernements et organisations du monde entier stockent le matériel génétique dans les banques de semences, mais sans point d’accès unique aux données, il est très difficile pour les chercheurs et les obtenteurs de savoir ce qui est détenu où, et quel matériel génétique contiennent les semences.

« L’information génétique que l’IRRI met à notre disposition, et à celle du grand public, est un signe extrêmement généreux et important de soutien envers nos efforts de diffuser toutes les informations pertinentes sur les ressources génétiques des espèces cultivées pour la sécurité alimentaire future », a déclaré Shakeel Bhatti, Secrétaire du Traité international.

« Mettre à la portée de tout un chacun une telle quantité d’informations sur le riz, qui est au fond l’aliment de base de la moitié de la population mondiale, est une avancée essentielle vers la sécurité alimentaire des générations futures », a-t-il ajouté.

Une séquence de génome est comme un mode d’emploi intégré qui indique aux organismes vivants comment se développer et réagir à l’environnement. La séquence de chaque plant de riz comporte environ 400 000 000 “lettres”.

Avec une population mondiale croissante et le changement climatique qui se répercute sur la production agricole avec les phénomènes de sécheresse, d’inondations ou d’invasions de ravageurs, la nécessité de mettre au point des variétés cultivées à la fois plus productives, moins nocives pour l’environnement et tolérantes aux chocs devient cruciale.

 

(Mise en perspective :Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...