AG70: Allocution de S.E. Jean Claude Gakosso, Ministre des affaires étrangères du Congo

S.E. Jean-Claude Gakosso (UN Photo / Cia Pak)

Retrouvez ici le discours de S.E. M. Jean Claude Gakosso, Ministre des affaires étrangères du Congo.

M. JEAN CLAUDE GAKOSSO, Ministre des affaires étrangères de la République du Congo, a mis en exergue les difficultés de l'Afrique centrale, citant en particulier les atrocités commises au Nigéria, au Niger, au Cameroun et au Tchad par le groupe Boko Haram.  « Face à la gravité de cette menace terroriste d'un genre nouveau, les États de la région ont pris conscience de la nécessité de lui opposer une réponse commune », a indiqué le Ministre congolais en expliquant que la Communauté économique des États de l'Afrique centrale s'est mobilisée contre cette organisation terroriste et sectaire.  À ce tableau préoccupant, s'ajoute la persistance de tensions au Mali et au Soudan du Sud, a-t-il dit, avant de préciser que la République du Congo conduisait avec détermination la médiation internationale de la crise en République centrafricaine.

Il a expliqué que le Forum de réconciliation, qui s'est tenu à Bangui en mai 2015, a abouti à des conclusions qui illustrent la volonté des Centrafricains de tourner définitivement la page des crises récurrentes.  L'aspiration légitime à la paix reste subordonnée à l'heureux aboutissement du processus électoral, a rappelé M. Gakosso.  Il a insisté sur l'appui de l'ensemble de la communauté internationale pour faire aboutir la transition à l'échéance du 31 décembre.  Le Ministre des affaires étrangères congolais s'est inquiété surtout de la fragilité du processus de transition en notant que les douloureux évènements de ces derniers jours risquent de compromettre tous les efforts consentis.  Il a remercié l'engagement constant du Groupe international de contact et les efforts de toutes les forces engagées en Centrafrique, tout d'abord dans le cadre de la MISCA puis de la MINUSCA, puis dans le cadre de l'opération Sangaris et enfin dans le cadre de l'EUFOR.

Par ailleurs, le Ministre congolais des affaires étrangères a précisé que son pays faisait partie de ceux qui disposent d'une stratégie nationale de développement durable qu'il a définie comme un instrument essentiel de planification stratégique.  « Son pays est aussi parmi ceux où la pratique démocratique se consolide et se renforce chaque jour davantage, notamment à travers un processus de consultations citoyennes permanentes entre opposition et majorité, en vue de scrutins apaisés, a-t-il encore dit.  Grâce à la paix et la stabilité dont il jouit et conscient que les manifestations sportives contribuent à la promotion de l'éducation, de la santé, du développement et de la paix, le Gouvernement congolais avait organisé, avec succès, du 4 au 9 juillet dernier, les onzièmes Jeux africains « dont Brazzaville est le berceau historique », a-t-il dit avant de conclure.

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...