Corruption: Ban Ki-moon demande le lancement d’un audit interne

Écouter /

Le Siège de l’ONU, à New York. Photo: ONU/Cia Pak

À la lumière des récentes accusations qui pèse à l’encontre d’un ancien Président de l’Assemblée générale, le Secrétaire général Ban Ki-moon a annoncé, jeudi, qu'il avait demandé au Bureau des services de contrôle interne (BSCI) des Nations Unies de lancer un audit.

Cet audit interne portera sur l’interaction entre les Nations Unis, la Fondation mondiale sur le développement durable et le groupe Sun Kian Ip, ainsi que sur l’utilisation de tous les fonds reçus de ces entités.

Selon la presse, John Ashe, qui présidait la 68ème session de l'Assemblée générale, est accusé d’avoir abusé de sa position pour promouvoir, en échange de pots-de-vin, les intérêts privés d’un promoteur immobilier de Macao, Ng Lap Seng, et de sa société, le groupe Sun Kian Ip. Cette société aurait versé en mai dernier 1,5 million de dollars à l’Office des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud (UNOSSC), afin notamment d’organiser fin août une conférence à Macao pour discuter de la coopération entre les pays du sud.

Ban Ki-moon s'est dit préoccupé par la gravité de ces allégations, qui frappent en plein cœur le travail de l'ONU et de ses États membres. Il a indiqué qu'il est déterminé à veiller à ce que les fonds reçus de ces entités privées soient gérés correctement, conformément aux règles et règlements de l’ONU.

Le Secrétaire général a aussi souligné qu’il n’y aura aucune tolérance pour la corruption à l’ONU ou au nom de l'ONU.

John Ashe a été arrêté mardi à New York. Avant son élection à la présidence de l'Assemblée générale, il avait été représentant permanent à l’ONU de son pays, Antigua et Barbuda.

(Mise en perspective: Isabelle Dupuis)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...