Choléra: décès suspect en Syrie et campagne de vaccination en Iraq

Écouter /

Des enfants transportant de l’eau dans la banlieue de Damas, en Syrie. Un décès suspect de choléra a été signalé à Alep (Photo UNICEF/B. Khabieh)

A ce stade, il s'agit selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), du résultat d'un test positif à la suite d'un essai de diagnostic rapide. Mais ce sont des tests au laboratoire qui pourront confirmer la présence de Vibrio cholerae dans les selles de cet enfant syrien de cinq ans décédé dans la province d'Alep. Donc pour le moment, l'OMS qualifie ce décès de suspect.

Les autorités locales et les organismes humanitaires continuent donc d'évaluer la situation dans cette province d'Alep pour vérifier si d'autres cas se manifestent et si la Syrie fait face à une épidémie de choléra.

De son côté, l'Iraq, à la date du 22 octobre, a dénombré depuis septembre 1.942 cas dont deux décès confirmés dans 15 des 18 gouvernorats du pays.

Face à cette situation, Bagdad entame vendredi 30 octobre prochain une campagne de vaccination afin d'empêcher à la maladie de se développer davantage. Selon l'OMS, un  demi-million de doses orales du vaccin -assez pour traiter 250.000 personnes- ont été déjà envoyées en Iraq.

Maladie hautement contagieuse, le choléra se transmet par l’eau contaminée par des selles humaines. Après une courte période d’incubation de deux à cinq jours, le choléra provoque une sévère diarrhée et la déshydratation du corps, puis, faute de traitement rapide, une mort en quelques heures.

(Extrait sonore : Christian Lindmeier, porte-parole de l'OMS ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...