Afghanistan : départ des humanitaires et problème d'accès à Kunduz

Écouter /

Une équipe de MSF soignant un blessé à Kunduz: c'était avant le raid aérien qui a frappé cet hôpital de l'ONG dans cette métropole afghane (photo : MSF/Mikhail Galustov)

Suite au raid aérien qui a tué 22 personnes dans la nuit de vendredi à samedi l’hôpital de Médecins sans Frontières (MSF), les 300.000 habitants de Kunduz ne disposent plus de dispensaire pour soigner les blessés. Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) note que le site de MSF était auparavant le seul capable de soigner des blessures de guerre dans cette métropole du Nord-Est de  l'Afghanistan. Et avec la poursuite des combats lundi, les humanitaires font face à des problèmes d'accès pour venir en aide aux personnes vulnérables.

 

En raison de la poursuite des violences, les organisations humanitaires ont quitté la ville afghane de Kunduz. Lors d'un point de presse ce mardi à Genève, le porte-parole de Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU note que la majorité des marchés sont fermés et des milliers de civils ont été déplacés par les combats entre forces afghanes et talibans. Selon Jens Laerke, les besoins humanitaires à Kunduz sont largement inconnus en raison du manque d’accès.

« Après la destruction terrible de l'hôpital de MSF à Kunduz, la situation demeure très préoccupante à Kunduz, fait remarquer Jens Laerke. Nous savons ce matin qu'il n'y a plus d'humanitaires, plus d'organisations humanitaires dans la ville. L'hôpital est détruit et ne fonctionne plus. Il y a au moins 300.000 personnes, comme résultat de ces frappes aériennes, qui n'ont plus accès du tout aux soins médicaux ».

Les humanitaires tentent donc de venir en aide aux civils de façon « sporadique » en raison des problèmes d’accès. Certaines organisations non gouvernementales et agences humanitaires comme le Programme alimentaire mondial (PAM), disposaient de stocks dans cette région du Nord- Est de l'Afghanistan.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève ; avec un extrait sonore de Jens Laerke, Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...