Syrie : la Commission d'enquête de l'ONU invite le Conseil de sécurité à agir

Écouter /

Le Président de la Commission d’enquête de l’ONU sur la Syrie a une nouvelle fois plaidé pour une solution pacifique du conflit. Au Conseil des droits de l'homme,  Paulo Sergio Pinheiro  a averti qu'il est impossible de résoudre la crise migratoire européenne sans trouver une solution au conflit. Et sur le terrain, la violence et les exactions ne faiblissent pas.

 

Devant le Conseil des droits de l'homme ce lundi à Genève, le Président de la Commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie a dénoncé les crimes de Damas, mais aussi les abus des groupes rebelles et surtout les atrocités des islamistes de Jabhat-al-Nosra et de Daech. Une violence et des violations qui ont provoqué l'exode massif des Syriens. Face à la gravité de la situation sur le terrain, Paulo Sergio Pinheiro a plaidé pour une solution pacifique à la guerre en Syrie. Une façon de rappeler que le « moment est venu de surmonter l’échec diplomatique et de soutenir l’envoyé spécial de l’ONU Staffan de Mistura. « C’est le moment d’agir pour le Conseil de sécurité », a souligné Paulo Pinheiro, non sans rappeler les signaux envoyés par la Russie et les Etats-Unis qui se sont mis d’accord pour discuter de mécanismes pour la désescalade du conflit.

Selon le président de la Commission d’enquête, « les Etats ne peuvent continuer à exprimer leur soutien à un règlement politique et en même temps armer les belligérants.

De son côté, la Syrie a une nouvelle fois rejeté le rapport de la commission d’enquête, jugé « partial ». Damas a défendu le droit de son pays à « lutter contre le terrorisme ».

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève ; avec un extrait sonore de Paulo Sergio Pinheiro, Président de la Commission d’enquête de l’ONU sur la Syrie)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...