Syrie : cinq pays détiennent les clefs d'une résolution, affirme Ban Ki-moon devant l'Assemblée générale

Écouter /

Vue de la salle de l’Assemblée générale depuis la tribune. Photo: ONU/Cia Pak

Le Sommet sur le développement durable achevé, l'Assemblée générale a entamé, ce lundi matin, le débat général de sa 70ème session au cours duquel les Chefs d'états, de gouvernements et autres dignitaires de l'ensemble des États Membres et observateurs de l'ONU sont attendus. Premier à prendre la parole en préambule à l'ouverture des travaux, le Secrétaire général s'est longuement attardé sur les répercussions de la crise en Syrie

Depuis la tribune de l'Assemblée générale, Ban Ki-moon a dénoncé le fait que la souffrance humaine dans le monde avait atteint un niveau inégalé depuis une génération. 100 millions de personnes ont besoin d'aide, et le système humanitaire mondial, loin d'être cassé, est fauché, s'est-il alarmé.

Le Secrétaire général s'est aussi inquiété du rythme sans précédent qu'ont atteint les flux migratoires. Tout en exhortant l'Europe à faire plus, Ban Ki-moon a souligné qu'il faut avant tout réfléchir aux racines des conflits qui provoquent ces déplacements. Il a notamment dénoncé la paralysie du Conseil de sécurité ces quatre dernières années, qui a rendu la crise syrienne hors contrôle. Mais loin de s'en remettre aux seules parties syrienne pour trouver une solution, Ban Ki-moon a indiqué que cinq pays en particulier détiennent la clef d'une résolution, à savoir la Russie, les États-Unis, l'Arabie saoudite, l'Iran et la Turquie.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...